Sourire malgré la haine qui grandit

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Sourire malgré la haine qui grandit
Normand Ouimet dévoile un premier extrait destiné aux radios, Noir et blanc. (Photo : Olivier Lamarre)

Le Jardin Moore était rempli de bons sentiments lorsque l’auteur-compositeur-interprète Normand Ouimet a convié en grande partie des amis pour leur dévoiler son premier extrait radio, Noir et blanc. Une ode au bonheur qui rayonne malgré la nuit.

Sans prétention, mais avec beaucoup de passion, Normand Ouimet s’est fait un cadeau pour ses 50 ans, qu’il fêtait le 7 septembre : lancer une chanson accompagnée d’un vidéoclip avec comme objectif de percer les radios. Le résultat est franchement agréable à écouter… et à voir.

Producteur, gérant, coach d’interprétation vocale et d’art scénique et auteur-compositeur pour artistes semi-professionnels et professionnels, le Mascouchois se dit semeur. «Et maintenant, c’est le temps des récoltes!» blague-t-il malgré le sérieux de la démarche. «Ce n’est pas la réalisation d’un rêve, mais bien un plan que j’avais en tête pour Noreli Musique (sa compagnie de production) pour aller plus loin dans ce que j’avais envie d’être comme auteur-compositeur-interprète. Je m’autoproduis pour réaliser ce point pivot que j’attends depuis un bon moment», a-t-il confié lors du dévoilement de son projet.

La noirceur d’où jaillit la lumière

Noir et blanc, qui reprend le rythme qu’on appelle dans le jargon four-on-the-floor, propose une mélodie accrocheuse à saveur pop-folk qui met de l’avant un texte à la fois sombre et lumineux abordant la guerre, l’espoir, la paix, l’amour et l’expérience humaine.

«La chanson est arrivée à un moment où j’avais fait beaucoup d’observation et où je venais de voir une nouvelle de trop concernant le président des États-Unis, a-t-il expliqué en rigolant. Je remarquais ce côté haineux, que ce soit à travers des guerres ou même entre nous. J’ai eu envie de l’exprimer d’une façon heureuse et neutre avec une musicalité qui donne envie de sourire. Cette chanson s’adresse à tous ces gens qui ont la tendance fâcheuse de vouloir briser le monde.»

Pour donner vie à cette pièce, Normand Ouimet s’est adjoint le réalisateur Jeff Grenier (David Jalbert et Hugo Lapointe), propriétaire du Studio MonoCube. La Terrebonnienne Émilie Leclerc a aussi prêté son talent au violoncelle et aux voix.

Un vidéoclip en prime

Pour ajouter au plaisir, l’artiste a demandé aux Terrebonniens Olivier Lamarre et Valérie Bizier de réaliser un vidéoclip sur Noir et blanc. Les deux créateurs ont su présenter de manière ludique les thèmes plus durs abordés dans la chanson. Créé en stop motion, soit image par image, le clip met au premier plan des illustrations de types esquisses entrecoupées de prises de vue fixes du visage de l’artiste. Il en ressort une pureté teintée d’espoir.

Pour écouter Noir et blanc et pour voir le vidéoclip, visitez le https://bit.ly/2lsV4YV. La chanson est aussi disponible sur différentes plateformes d’écoute.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar