SPÉCIAL SALON DE L’EMPLOI : « Cet emploi de rêve, il est ici, à deux pas de chez vous »

Par Gilles Bordonado
SPÉCIAL SALON DE L’EMPLOI : « Cet emploi de rêve, il est ici, à deux pas de chez vous »
Les recruteurs doivent revoir leurs cibles pour faire face à la rareté de la main-d’œuvre. On pense ici en particulier aux travailleurs expérimentés de 55 ans, aux femmes pouvant œuvrer dans des métiers traditionnellement réservés aux hommes, aux personnes immigrantes et aux personnes handicapées.

Parmi les changements les plus notables survenus au cours des 21 dernières éditions du Salon de l’emploi des Moulins, la variété des types d’emplois à pourvoir et les secteurs d’emploi identifiés sont assurément deux des plus importants, selon Michel Girard, directeur du Centre local d’emploi de Terrebonne.

Tous les secteurs touchés

Alors qu’à ses débuts, les entreprises présentes au Salon ne venaient que du secteur manufacturier, la chose est bien différente aujourd’hui. En effet, ce ne sont plus que des travailleurs d’usine qui sont recherchés, mais bien des centaines d’employés œuvrant aussi dans une foule d’autres domaines, dans le commerce de détail et le secteur des services.

« Au Centre local d’emploi de Terrebonne, ça saute aux yeux de nos conseillers. Des travailleuses et travailleurs sont recherchés dans tous les secteurs d’activités. Des professionnels, des gens spécialisés en administration et en gestion, et des employés dans le commerce de détail, par exemple. Même dans le domaine manufacturier, les entrepreneurs ont des difficultés à trouver des employés non spécialisés. La situation est généralisée. Rarement dans l’histoire récente les travailleurs ont eu autant d’occasions de dénicher un emploi près de chez eux », d’indiquer d’un trait le directeur.

Selon ce dernier, ce n’est plus qu’aux travailleurs de faire la cour aux employeurs, mais aussi aux entreprises à courtiser la main-d’œuvre : « Avec la pénurie de main-d’œuvre qui nous frappe dans la région, les entreprises d’ici doivent se montrer sous leur meilleur jour. Elles ne peuvent plus se contenter d’attendre que les intéressés se rendent à eux, elles doivent aller vers les travailleurs, et le Salon est une bonne manière de le faire. »

Sortir des sentiers battus

Les défis du recrutement forcent les entreprises à sortir des sentiers battus. « L’initiative « Grande corvée » de l’emploi mise en œuvre en 2019 par Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, montre qu’il y a possibilité de trouver de nouveaux travailleurs en sortant des sentiers habituellement fréquentés par les entreprises. Je pense ici en particulier aux travailleurs expérimentés de 55 ans et plus en réorientation de carrière ou qui veulent réintégrer le marché du travail, aux femmes pouvant œuvrer dans des métiers traditionnellement réservés aux hommes, aux personnes immigrantes et aux personnes handicapées. C’était des pistes peu exploitées par le passé, mais la pénurie de la main-d’œuvre force les entreprises à faire preuve d’ouverture d’esprit. Elles n’ont d’autre choix que de s’adapter à ces nouvelles clientèles, ce qui n’est pas si difficile d’ailleurs. Les expériences vécues démontrent que l’intégration se déroule généralement très bien et qu’il n’y a pas d’impact négatif, bien au contraire », de confier M. Girard.

À cet effet, trois représentants du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration seront sur place pour rencontrer les personnes immigrantes et les orienter.

Employeurs de qualité, emplois de qualité

Michel Girard est très heureux de la tenue de ce 21e Salon de l’emploi. Pour lui, c’est la preuve que ce rendez-vous répond à un besoin du milieu : « Peu de régions au Québec peuvent se vanter de tenir une telle initiative aussi longtemps et de façon consécutive. Ce n’est pas facile d’attirer les travailleurs et travailleuses, mais nous déployons beaucoup d’énergie pour que ce rendez-vous soit un vif succès. Les gens sont très occupés, mais je les conjure de faire un tour au salon. Ils vont découvrir des employeurs réputés, expérimentés et solides offrant des emplois de qualité et des conditions salariales et de travail comparables à la métropole. L’argument qui veut que vous puissiez travailler à deux pas de chez vous en améliorant votre qualité de vie tient toujours. Je vous parle d’expérience, il n’y a plus de raison de passer des heures dans la circulation pour bien gagner sa vie dans un environnement de travail motivant et attrayant. Cet emploi de rêve, il est ici, à deux pas de chez vous », conclut M. Girard.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar