SPÉCIAL SALON DE L’EMPLOI : Les portes grandes ouvertes

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
SPÉCIAL SALON DE L’EMPLOI : Les portes grandes ouvertes
Au quotidien, Cynthia Paquette (au centre) peut compter sur l'aide précieuse de ses chefs d'équipe, Katherine Pinel et Maryse Rodrigue. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

GCQ Canada cherchera à rencontrer un maximum de candidats lors du Salon de l’emploi des Moulins pour pourvoir à différents postes. La superviseure au recouvrement Cynthia Paquette ouvre toutes grandes les portes de l’entreprise aux travailleurs à la recherche d’un nouveau défi.

Depuis son embauche en 2011, la Mascouchoise a gravi les échelons au sein de GCQ Canada. Elle a choisi l’entreprise d’abord pour travailler plus près de chez elle après être devenue maman. « J’ai accepté une nette diminution de salaire pour me rapprocher de la maison », raconte-t-elle. Et elle ne regrette pas du tout son choix, puisqu’elle s’est greffée à une très belle équipe. Une équipe qui s’est améliorée avec Katherine Pinel et Maryse Rodrigue comme chefs d’équipe pour la seconder. « Je peux vraiment compter sur elles. Elles se sont très bien adaptées. Les employés ont droit à une belle intégration avec elles. Leur bureau est toujours ouvert si les agents ont des questions. Elles font du coaching en continu », dit la superviseure au sujet des deux chefs.

Si l’expérience dans le domaine du recouvrement peut être un atout pour les éventuels candidats, elle n’est toutefois pas obligatoire, puisque GCQ Canada assume les coûts de formation pour ses nouveaux employés. Une formation plus pointue qu’auparavant, car depuis l’entrée en vigueur récente de nouvelles lois, il faut maintenant détenir une certification pour pratiquer le métier d’agent de recouvrement. GCQ Canada s’assure que ses employés respectent ces lois de façon rigoureuse.

Cynthia Paquette ouvre toutes grandes les portes des GCQ Canada aux chercheurs d’emploi. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Plus flexible

Les chercheurs d’emploi et les travailleurs qui souhaitent améliorer leur sort seront heureux d’apprendre que GCQ Canada offre maintenant des horaires beaucoup plus flexibles, annonce Mme Paquette. Il s’agit d’une façon de contrer la pénurie de main-d’œuvre à laquelle l’entreprise de Terrebonne n’échappe pas. Toutefois, c’est aussi une façon de stabiliser l’équipe de travail, entre autres dans l’optique de projets que la direction de l’entreprise a en tête.

La superviseure, qui a déjà noté une augmentation importante du nombre de CV reçus depuis l’entrée en vigueur des nouvelles mesures de l’entreprise, s’attend à revenir du Salon de l’emploi des Moulins avec une grande pile de candidatures intéressantes. « Souvent, les gens nous disaient chercher un emploi à temps partiel ou à quatre jours par semaine, mais on ne pouvait pas le leur offrir. Maintenant le on peut », se réjouit Mme Paquette, qui a bien hâte d’annoncer la chose aux chercheurs d’emploi ce week-end.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar