Stage en Australie pour une talentueuse designer

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Stage en Australie pour une talentueuse designer
Katrina Proulx a adoré son expérience en Australie et aimerait bien y retourner si l’opportunité se présente. (Photo : Chris Yuen)

Finissante en design de mode au Cégep Marie-Victorin, Katrina Proulx, une Terrebonnienne de 20 ans, a remporté un concours pancanadien lui donnant droit à deux stages, dont un en Australie, ainsi qu’à une bourse de 3 000 $. C’est non seulement toute une expérience personnelle qu’elle a vécue cet été, mais aussi une belle réalisation à ajouter à son CV.

Le concours lancé par Logistik Unicorp s’adressant aux étudiants de niveau collégial ou universitaire consistait à réimaginer l’uniforme porté par de potentiels employés d’une entreprise spécialisée en énergie solaire. C’est en voyant une affiche au cégep que Katrina a décidé de participer. Jointe par La Revue alors qu’elle complétait son stage en Australie, la jeune femme ne réalisait même pas encore pleinement son accomplissement.

En deux temps

Le stage était en fait divisé en deux volets : six semaines dans les locaux de Logistik Unicorp et un autre aussi long à Melbourne pour ADA, qui est en quelque sorte une filiale de Logistik, explique Katrina Proulx. Preuve qu’elle fait de l’excellent travail, ADA voulait la garder plus longtemps. «J’ai discuté avec le patron et il m’a suggéré de rester un mois de plus», raconte celle qui a aussi profité de son séjour à l’autre bout du monde pour perfectionner son anglais.

L’étudiante a accepté l’offre, si bien qu’elle est rentrée au pays le 30 septembre.

Réflexion

Après cette expérience fort enrichissante sur les plans personnel et professionnel, Katrina Proulx songe maintenant à son avenir.

«Je voudrais retourner en Australie, peut-être pour la même compagnie où j’ai fait mon stage. Si cela n’est pas possible, il est certain que je voudrais commencer à travailler dans mon milieu, afin d’acquérir de l’expérience», affirme-t-elle.

Elle caresse aussi le rêve, depuis son tout jeune âge, d’avoir sa propre ligne de vêtements. Chose certaine, la Terrebonnienne de 20 ans œuvrera dans le monde de la mode.

«J’ai un côté artistique très développé. Depuis que je suis toute jeune, je l’ai toujours dit à mes parents. J’ai eu l’idée de faire d’autres métiers, mais je revenais toujours à la mode», conclut-elle.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar