Steven Dubois intraitable aux nationaux

Photo de Pierre-Luc Chenel
Par Pierre-Luc Chenel
Steven Dubois intraitable aux nationaux
Avec six victoires en six épreuves, le patineur de Lachenaie Steven Dubois a survolé la compétition. (Photo : Hugo Baraldi-Turcotte)

Il serait difficile de ne pas parler d’une fin de semaine parfaite pour Steven Dubois lors des Championnats canadiens de patinage de vitesse courte piste, présentés du 20 au 22 septembre à Montréal.

Avec six victoires en six épreuves, le patineur de Lachenaie a survolé la compétition. De plus, il s’assure d’une place dans l’équipe canadienne pour les coupes du monde à venir et les championnats du monde.

Dubois est arrivé avec beaucoup de confiance et s’attendait à une fin de semaine fructueuse. «Deux patineurs sont partis et j’ai dû prendre un rôle de meneur dans l’équipe. J’ai été le meilleur à l’entraînement cet été, a-t-il décrit. Nous avons eu une compétition de préparation la semaine dernière et j’ai tout gagné.»

Steven Dubois s’est servi des championnats canadiens pour performer, mais aussi pour apprendre et essayer de nouvelles stratégies. «Dans les trois premières distances, j’ai appliqué un plan avec lequel j’étais à l’aise et ensuite, j’y suis allé davantage pour apprendre et me préparer pour la saison. J’ai appris à mieux gérer quand j’étais dans le peloton à la 2e, 3e ou 4e position et que je devais passer à l’avant, a dit l’athlète de 22 ans. C’est un peu ça qui me manque et ça va m’aider pour mes dépassements à l’extérieur. Ça me donne confiance pour réaliser des choses que je n’étais pas habitué à faire avant.»

Malgré ses six victoires, Steven Dubois croit qu’il aurait pu en faire davantage, surtout quant aux éléments qu’il voulait peaufiner. «J’avais mes objectifs d’apprentissage, mais je pense que j’ai été un peu lâche, a-t-il avoué. J’étais censé être plus en avant, mais j’essayais de préserver mes jambes en arrière. J’aurais pu un peu plus travailler ce que je voulais travailler.»

La première coupe du monde de la saison aura lieu à Salt Lake City au début du mois de novembre.

Ariane Bourget satisfaite

Ariane Bourget a dû patiner aux championnats canadiens en dépit d’un été pendant lequel elle n’a pas pu s’entraîner adéquatement à cause d’une entorse à la cheville gauche. La Terrebonnienne n’a pu chausser les patins de mai à août. «Ça a paru sur les jambes, surtout dans les courses sur 1 500 mètres, a-t-elle analysé. À la fin, c’était plus difficile sur les jambes, mais je trouve que j’ai quand même bien performé en général.»

Ariane Bourget s’est fixé un objectif précis pour la saison 2019-2020 : participer aux championnats du monde juniors. (Photo : Hugo Baraldi-Turcotte)

L’athlète a pris le 21e rang du classement général chez les femmes. Son meilleur résultat a été une 14e place lors du deuxième 500 mètres. Son départ s’est révélé plus difficile, mais elle s’est montrée plus à l’aise dans les dernières épreuves. «Ça a été dur au début, mais la troisième journée a été la meilleure, a avoué celle qui est restée active en faisant du vélo et de la natation pendant sa convalescence. L’année dernière, c’était ma première fois et j’étais là pour apprendre. Cette fois, je trouve que j’étais plus dedans et que j’arrivais à les suivre. J’ai pris de meilleures décisions.»

Ariane Bourget s’est fixé un objectif précis pour la saison 2019-2020. Elle souhaite participer aux championnats du monde juniors et les qualifications auront lieu à la fin du mois de novembre à Calgary. «Les quatre premières vont accéder aux championnats du monde juniors. Je vais essayer de reprendre les mois d’entraînement que j’ai perdus, a conclu celle qui souhaite améliorer ses dépassements dans les prochaines semaines. Il s’agit surtout de prendre de meilleures décisions, de savoir quand dépasser et d’être plus en avant au lieu d’en arrière.»

Partager cet article

Commentez l'article

avatar