SUJET DE LA SEMAINE : L’art multimédia viral de Justin Leduc

Jean-Marc Gilbert
SUJET DE LA SEMAINE : L’art multimédia viral de Justin Leduc
Voici une capture d'écran de la vidéo de Justin Leduc qui a tant fait parler aux États-Unis et au Canada. Elle compte à ce jour plus de 14 700 000 visionnements et près de 600 000 mentions «J'aime». (Photo : courtoisie)

Peu de gens peuvent se vanter d’être l’auteur d’une vidéo qui génère 10 millions de visionnements en moins de 24 heures. Le Mascouchois Justin Leduc le peut. Portrait de cet ancien étudiant en multimédia du Cégep à Terrebonne devenu un artiste numérique et développeur Web aux multiples talents.

Attiré au départ autant par le journalisme que le multimédia, celui qui habite maintenant Toronto a étudié les deux disciplines au Cégep à Terrebonne avant que la deuxième passion ne prenne le dessus. Il a terminé son DEC en multimédia au Cégep de Saint-Jérôme avant de devenir bachelier en communications, profil médias interactifs en 2010.

«Impatient de faire quelque chose de concret et d’appliquer les techniques» apprises, selon ses dires, Justin Leduc avait déjà commencé bien avant ses activités comme développeur Web pour différentes entreprises. Parallèlement, il est devenu un passionné de photo, mais aussi de création 2D et 3D.

«C’est un passe-temps qui a évolué d’une façon exponentielle et je ne m’attendais pas à ça», explique-t-il en entrevue.

Rendre l’ordinaire extraordinaire

Sur son compte Instagram qui compte maintenant près de 530 000 abonnés, Justin Leduc cherchait une façon de se démarquer. «J’ai dit à ma copine que je voulais faire quelque chose de viral, il y a quelques mois. Mais sur Instagram, il y a trop de compétition dans les images statiques. Tout a été fait et refait des dizaines de fois. Je me suis donc dit : « Je dois faire une vidéo! »»

Le 21 juin, il publie une animation où l’on voit deux personnages marcher devant des flammes. Toutefois, c’est vraiment le 24 juillet que son compte Instagram a littéralement explosé. Lorsqu’on regarde la vidéo, on a l’impression d’être passager d’un hélicoptère qui survole le Golden Gate Bridge à San Francisco. Surplombant le pont et flottant dans le vide, une créature maléfique toute de rouge vêtue regarde les voitures passer. «Je voulais intégrer quelque chose d’extraordinaire dans une scène ordinaire pour faire réagir, évoquer des émotions», indique le Mascouchois.

Il peut dire mission accomplie! La vidéo de quelques secondes a enregistré un nombre de visionnements stratosphérique de 10 millions en seulement 24 heures. «Je n’en revenais pas, raconte l’artiste. En la publiant, je pensais avoir quelques « J’aime », quelques abonnés de plus et une cinquantaine de commentaires, comme d’habitude. Mais ça n’avait aucun sens», raconte-t-il. Même le «New York Times» (édition Californie) a contacté le jeune homme au sujet de sa vidéo virale, dans laquelle la créature représentée est fortement inspirée par les Nazgûls, les fameux cavaliers de noirs de la trilogie du «Seigneur des anneaux».

La plupart de ses œuvres représentent des personnages ténébreux ou des décors apocalyptiques s’apparentant parfois même à des films de science-fiction. «J’avais environ 15 ans quand je suis tombé sur le site Internet d’un artiste peintre spécialisé dans les peintures de l’enfer. Il est extrêmement talentueux et m’a beaucoup inspiré», raconte l’artiste numérique.

Deux pieds sur terre

Malgré ce succès hors-norme instantané, l’homme de 30 ans reste modeste. «Je veux toujours me considérer comme un débutant et être curieux. Dans 20 ans, je veux regarder mon portfolio, voir une évolution et être fier de moi.»

Et pour les «fans» qui le pressent de mettre en ligne d’autres vidéos, il leur demande d’être patients. «Du moment où j’ai une idée, il faut faire beaucoup de tests, s’assurer que tout fonctionne et que c’est réaliste. Ça peut prendre de 30 à 40 heures. La création de la vidéo en soi est de 80 heures», explique-t-il.

Sa plus récente création, où l’on aperçoit de gigantesques yeux fixés sur des toits d’immeubles ou de structures en train d’observer une ville de haut, a été visionnée plus de 2 250 000 fois depuis sa mise en ligne, le 8 août.

Bien qu’il ait reçu plusieurs offres alléchantes pour créer du contenu, Justin Leduc préfère pour l’instant garder son emploi et continuer à créer pour lui-même, pour son plaisir… et celui de ses centaines de milliers d’abonnés Instagram!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar