SUR LES PLANCHES : La Compagnie créole : 30 ans à faire rire les oiseaux

Jean-Marc Gilbert
SUR LES PLANCHES : La Compagnie créole : 30 ans à faire rire les oiseaux
La Compagnie créole vient fêter avec les Terrebonniens le 18 mars. Le spectacle affiche déjà complet. (Photo : courtoisie)

«Ba mwen en ti bo», «Ça fait rire les oiseaux», «C’est bon pour le moral», «Le bal masqué» : on a tous déjà fredonné l’air d’au moins l’un de ces titres. La Compagnie créole, interprète de ces grands succès, sera de passage au Théâtre du Vieux-Terrebonne, le 18 mars, à l’occasion de sa tournée pour célébrer 30 ans de carrière au Québec.

Le but de l’exercice : fêter, chanter et danser pendant plus de 90 minutes. «Nous étions obligés de fêter cet anniversaire. C’était un incontournable. Les Québécois aiment faire la fête comme nous, les Antillais. On oublie la neige et l’hiver», rigole la chanteuse Clémence Bringtown, faisant référence à la chaleur humaine qui se dégage lorsque la Compagnie créole se produit sur une scène du Québec.

C’est un retour dans la Belle Province pour la première fois en six ans pour les membres de ce groupe originaires de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Guyane. «Le Québec nous manquait. Nous étions ravis de savoir que nous revenions ici», lance Mme Bringtown, en entrevue, quelques jours après la première de cette tournée de plus d’une vingtaine de spectacles qui prendra fin en avril.

Relation particulière

La Compagnie créole le sait : sa musique tourne souvent au Québec lors de fêtes familiales, de mariages ou d’autres types d’événements joyeux. Les membres de la légendaire formation se sentent privilégiés d’avoir développé une telle relation avec le public d’ici. «C’est formidable et gratifiant, de faire partie de leur vie. On a l’impression de faire partie de la famille. Les enfants comme les adultes peuvent chanter nos chansons. Elles sont entraînantes et avec des paroles légères, mais elles ont la faculté de transporter», explique Mme Bringtown.

Par ailleurs, mentionnons que la Compagnie créole profitera aussi de ce spectacle pour sensibiliser les gens à l’anémie falciforme. Cette maladie causant la déformation des globules rouges, les empêchant de transporter l’oxygène aux organes du corps, affecte surtout des personnes originaires de l’Afrique, d’Haïti et du Moyen-Orient. Selon l’Association d’anémie falciforme du Québec, une personne noire sur 10 est touchée. «Hormis la fête et le bonheur, il y a aussi des gens qui souffrent. Nous tentons de passer un message et d’attirer l’attention du gouvernement pour soutenir la recherche», conclut Mme Bringtown.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar