Sylvain Fortin met un terme à sa grève de la faim

«Dix jours d’enfer.» Voilà comment Sylvain Fortin, président de la Maison Anne et Charles de Gaulle, décrit la grève de la faim qu’il a faite devant l’Assemblée nationale du Québec, entre le 1er et le 10 mai.

Jugeant avoir été «trahi» par la ministre Marguerite Blais, qui lui avait promis de défendre son projet de construire un CHSLD privé conventionné de 70 lits et un centre de jour pour les personnes ayant une trisomie 21 advenant l’élection de la Coalition Avenir Québec, M. Fortin cherchait une oreille attentive auprès du gouvernement et c’est en refusant de se nourrir qu’il a choisi de protester. Après 10 jours de grève de la faim, il affirme avoir échangé avec l’équipe du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui accepte de réexaminer le dossier, aux dires de M. Fortin. Au moment de mettre sous presse, il affirmait attendre d’un jour à l’autre un appel du Ministère pour qu’un rendez-vous soit fixé entre le ministre Carmant et lui. (JMG)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar