The Skudfux, des rebelles au grand cœur

Pénélope Clermont
The Skudfux, des rebelles au grand cœur
Dewey, Gringo Starr, EJ Lang et Will forment The Skudfux. (Photo : Karolane Rossignol)

 

CONCERT GRATUIT POUR LES DÉMUNIS

Il y a un an, The Skudfux entreprenait une tournée de spectacles avec comme seul prix d’entrée des denrées non périssables qu’ils allaient remettre à des organismes locaux des villes où ils se produiraient. Après Montréal, Québec, Laval, Toronto, Sudbury, Thunder Bay et Lake Louise, le groupe de Terrebonne revient à la maison, le 2 décembre.

Intitulée Rebels pour la cause, la tournée prendra en effet fin dans la communauté qui a vu grandir la majorité des membres du groupe. Présenté grâce à Vergo, le spectacle Cadeau de Noël sera offert au Moulinet, sur l’Île-des-Moulins, à 20 h.

Pour Terrebonne et Mascouche, The Skudfux caresse l’objectif d’amasser 1 000 livres de denrées, lesquelles seront remises aux Œuvres de Galilée, au Centre d’entraide de Mascouche ainsi qu’au Café de rue Solidaire de Terrebonne.

En ce qui a trait au spectacle, EJ Lang (guitare et voix), Dewey (batterie), Will (guitare) et Gringo Starr (basse) reprendront les pièces de Cheers, paru en novembre 2016. Un album «punk “pure”, cru, anti-établissement, moderne, fortement mélodique et “trashement” accrocheur», décrivaient-ils à l’époque.

«On fera aussi de nouvelles chansons qu’on a composées récemment ou il y a plus longtemps», dévoile EJ en précisant que même si le groupe fait du punk, il propose un spectacle accessible à tous. «Il y a juste à Sudbury où le public n’avait pas l’air sûr», lance-t-il en riant.

Ceux qui ont connu The Skudfux l’an dernier pourront remarquer une évolution sur le plan musical. «On garde l’angle punk rock, mais c’est plus mature. C’est plus complexe et plus développé musicalement. Les paroles sont aussi plus pensées», indique le chanteur, qui annonce un deuxième album, «probablement d’ici un an».

Ailleurs au Canada

Ce ne sont pas les expériences qui ont manqué aux musiciens dans les derniers mois. «C’était notre première tournée en tant que band. On ne va jamais oublier ça. On était aussi contents de la faire pour aider les gens», résume EJ.

Le meilleur moment a été vécu à Toronto, selon ce dernier. Plutôt que de redonner les fonds amassés à un organisme local, les gars ont décidé d’aller les distribuer directement auprès des itinérants, dans la rue.

«On s’est assis avec eux pendant que tout le monde passait à côté de nous sans nous regarder. C’était un drôle de phénomène. On a même amené deux personnes soupers dans un restaurant. On a jasé de sport, de la vie», relate le musicien de 19 ans.

À donner, on reçoit

Pour pouvoir réaliser cette tournée, les gars avaient chacun amassé de l’argent de leur côté, en plus de lancer une campagne de sociofinancement qui leur a permis de récolter quelque 3 000 $.

«On a tellement donné à tout le monde que j’ai l’impression qu’on a beaucoup reçu en retour. Il y a un soir où on ne savait pas où dormir et on a été hébergé par un monsieur en Alberta. Il nous a fait à manger le lendemain, évoque-t-il. On a aussi reçu d’une fille une carte-cadeau de 200 $ pour manger. On a eu une carte d’essence également.»

Des exemples qui prouvent que l’humanité a encore des choses à offrir. «Ça m’a incité à en faire plus. […] Ça m’a fait grandir comme personne», ajoute Gringo Starr, qui veut certainement poursuivre dans cette veine avec The Skudfux.

C’est maintenant au tour du public moulinois de donner au suivant en se présentant avec ses denrées au Moulinet, le 2 décembre.

Notons que le groupe sera précédé de The Matchup et d’Analice, une artiste de Terrebonne.

Information : www.theskudfux.com.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar