Trois clubs souhaitent former une union nationale

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Trois clubs souhaitent former une union nationale
La création de l’Union Lanaudière Sud permettrait la création d’équipes permanentes de catégorie AAA.

Les clubs de soccer de Terrebonne, de Mascouche et de Repentigny s’unissent et créent l’Union Lanaudière Sud, un regroupement qui permettrait l’implantation d’équipes AA et AAA sur le territoire et qui respectera les nouvelles normes imposées par Canada Soccer.

Cette nouvelle structure nationale tient en quatre licences accordées dorénavant à chaque association québécoise, comme cela se fait ailleurs au Canada : la licence soccer qualité (équipes de classe locale), la reconnaissance régionale (locale et A), la reconnaissance provinciale (locale, A et AA) et la reconnaissance nationale (locale, A, AA et AAA).

Avec ces reconnaissances viennent également différentes responsabilités, et des suivis seront effectués par Soccer Québec. Point commun : chaque club doit offrir trois séances d’entraînement supervisé par semaine pendant 30 semaines aux jeunes de 6 à 12 ans. On demande également des formations plus poussées (et donc plus coûteuses) aux entraîneurs responsables.

Quant à la plus haute catégorie, AAA, elle impose inévitablement plus de contraintes. Par exemple, d’ici 2024, chaque club national devra mettre sur le terrain une équipe AAA pour les catégories U13 à U17, garçons et filles, pour un total de 10 formations.

Une union et non une fusion

Parce qu’ils ne disposent pas individuellement d’un bassin de joueurs suffisant pour répondre à ces demandes, parce que les coûts nécessaires à une offre nationale sont importants à assumer pour chacun et parce qu’ils perdraient les meilleurs joueurs du territoire s’ils ne passaient pas à l’action, «Repentigny, Terrebonne et Mascouche s’unissent pour former un quatrième club», a annoncé Éric Paul, président de l’association de Mascouche, lors d’une assemblée générale spéciale tenue le 28 août, durant laquelle les membres présents ont voté pour la proposition. Les deux autres clubs avaient fait de même deux jours plus tôt.

Soulignons qu’il ne s’agit pas d’une fusion, car indépendamment, les trois clubs ont fait une demande de reconnaissance régionale afin de garder leur pleine autonomie.

Après des représentations auprès de Soccer Québec et de Canada Soccer, les principaux intervenants ont dû déposer leurs demandes officielles le 31 août. Depuis le 7 septembre, Soccer Québec évalue les dossiers reçus et rendra ses décisions dans les mois à venir. Quand on lui a demandé si, selon lui, la demande nationale allait être acceptée ou non, John Bellini, directeur général de l’Association régionale de soccer de Lanaudière, a lancé : «Sur 39 applications nationales au Canada, 39 accréditations ont été accordées.»

Partager cet article

Commentez l'article

avatar