Trouver 1,2 M$ pour sauvegarder le patrimoine

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Trouver 1,2 M$ pour sauvegarder le patrimoine
La paroisse Saint-Louis-de-France doit amasser 1,2 M$ pour faire des rénovations majeures sur son église et son presbytère, qui ont bien besoin d’amour. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

À une époque où et les réseaux sociaux ont remplacé les conversations sur le perron d’église, il importe d’autant plus, selon la paroisse Saint-Louis-de-France, de préserver l’église de la rue Saint-Louis pour qu’elle puisse continuer «d’être le témoin du passage de milliers de Terrebonniens pour des moments joyeux ou plus tristes». Pour ce faire, elle aura besoin d’amasser 1,2 M$ en six ans pour procéder à une restauration majeure.

C’est en ces mots que le président du Comité du patrimoine de la paroisse, Ronald Dubé a lancé la vaste campagne de financement, le 4 octobre.

«Quand on voyage, qu’est-ce qui attire notre attention dans une ville? Ce sont ses monuments, ses églises. Nous avons un devoir de fidélité envers notre histoire de maintenir le patrimoine et de l’habiter», a ajouté Mgr Raymond Poisson, évêque du Diocèse de Saint-Jérôme, présent pour l’occasion.

Plusieurs interventions

Pour que ce patrimoine puisse être habité encore longtemps, la liste des travaux à effectuer tant à l’église qu’au presbytère est longue. Les plus urgents sont ceux du parvis de l’église, qui est en piteux état, ainsi que ceux de rejointement de maçonnerie pour éviter les infiltrations d’eau dans les murs, ce qui pourrait causer des dommages encore plus importants au bâtiment, a expliqué David Nadeau, de la firme Nadeau Nadeau Blondin Architectes. Cette firme avait produit un «carnet de santé» pour que la paroisse puisse connaître l’état de ses bâtiments et estimer les coûts des travaux d’ici 2025.

Le parvis de l’église à lui seul coûtera plus de 310 000 $. Pour la maçonnerie, on estime à environ 127 000 $ les coûts de restauration. Plusieurs autres milliers de dollars s’ajoutent pour des travaux de structure, d’étanchéité des bâtiments, et le remplacement de fenêtres et de portes, notamment.

Aider selon ses moyens

Plusieurs activités seront organisées dans le cadre de cette campagne de financement. Elles seront annoncées prochainement. Réjean Roberge, du Comité du patrimoine de la paroisse, estime que la contribution de tous sera nécessaire, à la hauteur de leurs moyens. Ceux et celles qui veulent contribuer de façon substantielle, comme des entreprises, pourront étaler les paiements sur six ans.

La Ville de Terrebonne, qui a déjà envoyé une demande de citation au gouvernement du Québec par l’entremise de son comité consultatif d’urbanisme, contribuera aussi financièrement. Le maire Marc-André Plante n’a toutefois pas voulu s’avancer sur le montant précis pour l’instant. «Nous ne pouvons pas demander aux citoyens de contribuer si nous ne pouvons le faire.»

La totalité des travaux doit être réalisée d’ici six ans pour assurer l’intégrité des bâtiments à long terme, la paroisse souhaite les réaliser la majeure partie à temps pour le 350e anniversaire de la Ville de Terrebonne en 2023.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar