Un BIELT un peu tâtonnant

Un BIELT un peu tâtonnant
Le BIELT semble n’offrir pour le moment que des options de divulgation d’allégations et de dénonciation sur sa centrale téléphonique.

Mis en place au mois d’avril, le Bureau de l’intégrité et de l’éthique de Laval et Terrebonne (BIELT) cherche encore ses assises en ce qui concerne ses communications.

Cette semaine, La Revue a mené des recherches auprès du BIELT, le tout nouveau bureau chargé de lutter contre la collusion, la corruption et les malversations pour les villes de Laval et de Terrebonne. Rappelons que Laval dispose depuis cinq ans d’une structure de ce type et que Terrebonne s’y est greffée avec un budget annuel de l’ordre de 800 000 $. Placé sous la responsabilité des services de police des deux villes, le BIELT est composé d’enquêteurs, d’auditeurs, d’analystes et d’experts en stratégies de prévention du crime. Il semble par contre encore connaître des lacunes sur le plan des communications, comme La Revue s’en est rendu compte.

Jeu de téléphone musical

Afin d’obtenir des renseignements au sujet de la conseillère du district 8, Caroline Desbiens, La Revue a contacté le BIELT, qui n’offre pour le moment que des options de divulgation d’allégations et de dénonciation sur sa centrale téléphonique.

Néanmoins, en parlant en personne avec un des employés du bureau, nous avons été redirigés vers le Service de police de Laval, qui nous a lui-même transférés à son bureau des communications… qui ne semblait pas du tout au courant de son rôle concernant la Ville de Terrebonne. Nous n’avons d’ailleurs pas eu de retour d’appel de ce même bureau lorsque nous avons insisté pour qu’un suivi soit réalisé.

Maîtriser le protocole

Sylvain Théorêt, responsable du BIELT pour la Ville de Terrebonne, a avoué que l’appel de La Revue était le tout premier que le bureau des communications de la police de Laval recevait au sujet de notre ville. «Nous n’avons pas encore tout notre personnel en place et ne maîtrisons pas tous les rouages de ce nouveau protocole», explique-t-il. Il semble toutefois que le BIELT gère déjà plusieurs dossiers émanant de Terrebonne et qu’il devrait être bien arrimé très bientôt.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar