Un Brin d’histoire

Claude Martel
Un Brin d’histoire
La nouvelle Maison d’histoire de Terrebonne, construite en 1923 par Eugène Labelle. (SHRT, Collection Claude Martel)

La Maison d’histoire de Terrebonne

Aujourd’hui, 15 mars, les élus municipaux de Terrebonne ainsi que les dirigeants de la Société d’histoire de la région de Terrebonne, accompagnés de quelques dignitaires, procéderons à l’inauguration de la nouvelle Maison d’histoire de Terrebonne. Située au 148, rue Saint-André dans le Vieux-Terrebonne, la nouvelle «maison» s’ajoutera à la liste des attractions patrimoniales du secteur, tout en constituant un centre de recherche sur l’histoire de Terrebonne. 

 

À l’origine

La «maison» actuelle prend place sur un emplacement vendu le 8 mars 1777 à Jean-Baptiste Lapointe. Tout porte à croire que le terrain demeure sans résidence pendant plusieurs années; une petite maison de bois et une vieille étable figurent en 1835. Entre 1838 et 1866, une maison est construite sur ce terrain et tout indique qu’en 1904, une autre maison, plus spacieuse, à trois étages, est construite avec magasin au rez-de-chaussée. Le propriétaire de l’époque, Albert Robitaille, est commerçant et voiturier.

Eugène Labelle

Premier propriétaire de la maison actuelle, Eugène Labelle voit le jour à Saint-François-de-Sales le 18 novembre 1862 et épouse Agnès Forget, à Terrebonne, le 15 février 1887. Neuf enfants naissent de cette union. Le 9 juillet 1906, Eugène Labelle se porte acquéreur de la grande maison à trois étages de la rue Saint-André où il établit son commerce au rez-de-chaussée; les deux autres étages faisant office de résidence familiale.

Outre ses fonctions d’agent et de commerçant, M. Labelle est un personnage public de Terrebonne, cumulant les fonctions de président de la commission scolaire de 1907 à 1924, de conseiller municipal en 1910, en 1911, en 1913, en 1914, puis de maire de 1918 à la fin de janvier 1923. Il demeure toutefois conseiller municipal de 1923 à 1925.

La maison Eugène-Labelle

Au lendemain du mémorable incendie du 1er décembre 1922, il ne restait plus qu’un «tas de ruines fumantes» sur le terrain, tout comme les 127 autres maisons du «bas du village» détruites par ce terrible sinistre.  Eugène Labelle ne tarde pas à reconstruire. Une photo du printemps 1923 nous montre la maison actuelle en construction. À l’instar de bien des concitoyens, M. Labelle put reconstruire la maison grâce à un emprunt de 3 500 $ contracté auprès de la Ville de Terrebonne, à un taux de 7 % d’intérêt. De style «boomtown», à deux étages, la maison originale comprenait un toit en parapets à gradin; celui-ci fut modifié par la suite pour un toit plat avec une corniche en angle. Outre les deux escaliers en coin qui ont été remplacés par un escalier central, face à la porte d’entrée, la maison n’a pas subi de modifications dans son apparence extérieure.

Eugène Labelle ne put jouir de sa nouvelle maison très longtemps, car il décède le 29 mai 1925, à l’âge de 63 ans. Sa mort donne lieu à un choc au conseil municipal, le secrétaire-trésorier mentionna : «cette mort crée un vide qui ne pourra si tôt se remplir parce que M. Labelle était un homme de cœur et d’esprit se rencontrant rarement». Le 9 décembre 1925, Germaine et Albertine Labelle, les deux filles légataires, vendent la propriété au montant de 5 500 $ à Louis-Philippe Morin, un instructeur avicole de Sainte-Thérèse. De 1925 à 1942, cinq propriétaires se transmettent la maison jusqu’à l’arrivée du vétérinaire Gauthier.

Du Dr Gauthier à la MRC

Pour les doyens de Terrebonne, cette maison est celle du docteur René-Rosaire Gauthier. Ce dernier acquiert la maison le 29 septembre 1942 pour la somme de 4 000 $. La clientèle du docteur, vétérinaire réputé, spécialisé dans le monde des chevaux de course, s’étendait jusqu’en Ontario. Au bout de la galerie se trouvait la porte menant à sa clinique, dans une section formant la partie arrière, entre la maison et le garage. La famille Gauthier habite la maison de 1942 à 1986.

En 1989, la succession Gauthier la vend au couple Gérald Paul-Hus et Claudine Beaudoin, qui lui redonnera un cachet ancestral, notamment en ajoutant au plancher du hall d’entrée une mosaïque en bois sous le thème des oiseaux. Cette œuvre fut dessinée par Francine April et réalisée par son mari, Charles Pelletier, artisan-ébéniste de Saint-Épiphane.

À l’automne 1991, la MRC des Moulins se porte acquéreuse de la maison Labelle. Elle quitte alors le bureau seigneurial de l’Île-des-Moulins et s’installe dans cette maison plus spacieuse, où le garage est réaménagé en bureau et salle du conseil. Elle quitte les lieux le 20 juin 2011 afin d’emménager dans des locaux plus spacieux sur le boulevard des Seigneurs. Cette occasion arrive à point pour relancer le projet de la Maison d’histoire.

Le projet de Maison d’histoire

C’est en 1987 que la Société d’histoire se mit à la recherche d’un édifice pouvant abriter ses activités. Par le fait même, elle lança le projet de Musée Masson. Le projet suscite l’appui du milieu et prend le nom de Maison de la Culture Joseph-Masson en 1990. Une partie de la collection Masson prend alors le chemin de Terrebonne. Le projet était sur le point de se concrétiser en 1993, mais un ensemble de facteurs le fit avorter.

En 2000, les conseillers municipaux Marguerite Lachapelle et Claude Martel relancent le projet, de façon plus modeste, sous le nom de Maison d’histoire de Terrebonne. Le décès prématuré de Mme Lachapelle, en 2001, et le départ de la région de M. Martel mettent fin au projet. La Société d’histoire cesse ses activités jusqu’en 2008. Avec la relance de celle-ci, le projet de maison d’histoire reprend vie. Une série de rencontres s’amorcent, en 2009, afin de convaincre les principaux acteurs locaux, surtout la Ville de Terrebonne, des bienfaits du projet. 

Le projet chemine! Le départ de la MRC Les Moulins permet de libérer un espace convoité pour le projet. Dès l’automne, des pourparlers entre la Ville et la direction de la Société d’histoire débutent, mais c’est lors d’une rencontre avec le maire Jean-Marc Robitaille, le 25 janvier 2012, que se concrétise le projet. Mentionnons que la Ville devint propriétaire de la maison le 21 décembre 2011.

L’année 2012 servit à confectionner les devis et réaliser les travaux nécessaires à l’aménagement de la maison. Le 7 décembre 2012, plusieurs membres de la Société d’histoire s’étaient donné rendez-vous afin de procéder au déménagement des effets de l’organisme. Les derniers mois ont donné lieu à l’aménagement des bureaux, au montage d’une exposition permanente de photos historiques, ainsi qu’au rangement de nombreux dossiers d’archives, documents, livres, cartes et plans.

La cérémonie du 15 mars donne le coup d’envoi des activités de la Maison d’histoire de Terrebonne. Dorénavant, les chercheurs peuvent consulter (sur rendez-vous) l’impressionnante quantité de documents historiques que recèle ce centre de recherche. En ce qui concerne l’ouverture publique, une journée porte ouverte se tiendra le 1er juin. Vous pouvez communiquer avec la Maison d’histoire au 450 492-7477 ou par courriel à secretariat@shrt.qc.ca.

____________________

Sources : Plusieurs actes notariés; archives de la Société d’histoire de la région de Terrebonne.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar