UN BRIN D’HISTOIRE

Par Claude Martel
UN BRIN D’HISTOIRE
Acte de baptême de Jean-Baptiste Migneron, fils de Noël Migneron et Louise Brindamour, rédigé le 1er juillet 1728, par Louis Lepage de Sainte-Claire, curé de la paroisse Saint-Louis-de-France de Terrebonne.

Le palmarès des prénoms populaires

Au printemps dernier, un article de Louise Leduc dans «La Presse» présentait un palmarès des prénoms les plus populaires en ce moment. Thomas et Léa sont en tête de liste. L’idée me prit donc de dresser un palmarès des prénoms d’autrefois. Mes recherches ont permis de vous présenter un palmarès des prénoms populaires entre 1670 et 1800, puis de les comparer à ceux d’aujourd’hui.

  

Le choix du prénom en Nouvelle-France

Sous le régime français, la religion d’État est le catholicisme, ce n’est donc pas surprenant que les prénoms attribués aux nouveau-nés soient ceux des principaux saints présentés dans la liturgie. Lorsque «Rome» canonisait un nouveau saint ou une nouvelle sainte, ce prénom devenait rapidement populaire.

Comme on le voit dans cet extrait d’une étude publiée par les chercheurs du «Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal», «le choix du prénom chez les catholiques n’était pas laissé au hasard ou à la fantaisie des parents. Au contraire, l’Église tenait à contrôler l’attribution des prénoms pour s’assurer que les enfants recevaient au jour de leur baptême, le prénom d’un saint qui les guiderait tout au long de leur vie».

C’est ainsi que dans son «Rituel du Diocèse de Québec», Monseigneur de Saint-Vallier énonçait les règles à suivre pour la rédaction des actes d’état civil dans les termes suivants: «L’Église défend aux Curez de permettre qu’on donne des noms profanes ou ridicules à l’enfant, comme Apollon, Diane, etc. Mais elle commande qu’on lui donne le nom d’un Saint ou d’une Sainte selon son sexe, afin qu’il puisse imiter les vertus et ressentir les effets de la protection auprès de Dieu…» En annexe du «Rituel du Diocèse de Québec», on retrouve une liste des prénoms acceptés : 1 251 sont réservés aux garçons et 373 aux filles.

L’étude réalisée par l’équipe du «Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal» nous révèle la liste des 25 prénoms les plus fréquents pour chacun des sexes.

 

Prénoms populaires entre 1670 et 1800

 

Rang             Prénoms des garçons                 Prénoms des filles

1                     Jean-Baptiste                                  Marie-Josèphe

2                     Joseph                                              Marie-Louise

3                     Pierre                                                Marie-Anne

4                     François                                           Marie-Marguerite

5                     Louis                                                 Marie-Madeleine

6                     Antoine                                             Marie-Angélique

7                     Charles                                             Marguerite

8                     Michel                                                           Marie

9                     Jacques                                            Marie-Geneviève

10                   Augustin                                          Marie-Françoise

11                   Joseph-Marie                                  Marie-Catherine

12                   Jean                                                  Marie-Charlotte

13                   Étienne                                             Marie-Thérèse

14                   Alexis                                                Geneviève

15                   André                                                Catherine

16                   Nicolas                                             Marie-Élisabeth

17                   Jean-François                                 Élisabeth

18                   Paul                                                  Angélique

19                   François-Xavier                              Françoise

20                   Ignace                                               Louise

21                   Jean-Marie                                       Marie-Amable

22                   Gabriel                                              Madeleine

23                   Amable                                             Thérèse

24                   Toussaint                                         Charlotte

25                   Guillaume                                        Marie-Archange

 

Deux siècles plus tard : les prénoms d’aujourd’hui

De 2000 à 2007, William était le prénom le plus populaire attribué aux bébés québécois. En 2008, Léa et Thomas sont en vedette et prennent la tête du palmarès des prénoms.

L’article n’aurait pas été complet sans reprendre le contenu illustré par Louise Leduc dans «La Presse». La journaliste cite à son tour un document émis par la Régie des rentes du Québec, ainsi qu’un ouvrage de Louis Duchesne sur les prénoms. On relate que Mégane (écrit de diverses façons) talonne Léa dans le choix des noms de filles. Il en est de même pour Océanne et Océane qui, mis ensemble, prendraient le 5e rang. Parmi les noms en croissance, celui d’Emma est notoire, il atteint même le premier rang en France et le 3e rang aux États-Unis. Chez les garçons, Mathis gagne du terrain alors qu’il prend le premier rang en France; Malik prend aussi du terrain, influencé par la télésérie «Les hauts et les bas de Sophie Paquin». Du côté de nos voisins américains, leurs écoles compteront bientôt de nombreux Jacob, Michael et Ethan. Enfin, on constate que les Québécois sont plus enclins à choisir un prénom religieux comme Jacob, Noah et Isaac. Bref, voici le répertoire des 20 prénoms qui sont actuellement les plus populaires au Québec, pour chacun des sexes.

 

Prénoms actuellement les plus populaires

 

Rang             Prénoms des garçons                 Prénoms des filles

1                     Thomas                                            Léa

2                     William                                             Florence

3                     Gabriel                                              Rosalie

4                     Samuel                                             Laurence

5                     Alexis                                                Emma

6                     Olivier                                                           Jade

7                     Nathan                                             Juliette

8                     Félix                                                  Gabrielle

9                     Antoine                                             Sarah

10                   Xavier                                                           Maika

11                   Mathis                                                           Camille

12                   Zachary                                            Noémie

13                   Alexandre                                        Charlotte

14                   Raphaël                                           Mia

15                   Jacob                                                Chloé

16                   Justin                                                Alexia

17                   Anthony                                           Mégane

18                   Émile                                                Laurie

19                   Nicolas                                             Zoé

20                   Noah                                                 Émilie

 

 

Constats et analyse

Seuls les prénoms Alexis et Charlotte se trouvent au palmarès des deux époques. Bien que certains prénoms contemporains furent utilisés fréquemment au 19e ou au 20e siècle, on note que plusieurs d’entre eux sont relativement nouveaux dans la culture québécoise et pour cause, ils sont issus de cultures étrangères. Aussi, bien que Thomas était un saint, son nom symbolisait le doute, dû à son incrédulité face à la résurrection du Christ. Ainsi dans la culture catholique, se faire traiter de Thomas est associé à l’incrédulité; défaut que l’on ne voulait pas voir transmettre à un enfant! C’est pourquoi, chez les catholiques d’antan, Thomas ne figurait pas parmi les premiers choix.

Si les prénoms utilisés autrefois au Québec avaient une désignation apparentée de près à la religion catholique, on constate aujourd’hui que les prénoms subissent l’effet de la mondialisation, voire dans bien des cas, de l’anglicisation. En effet, n’est-il pas pour le moins curieux qu’une nation comme le Québec, qui met tant en évidence sa réalité francophone, en vienne à attribuer le tiers de ses principaux prénoms en utilisant ceux issus de la culture anglo-saxonne?

______________________

Sources : «Programme de recherche en démographie historique» (PRDH), recherche à partir du site Web. Leduc, Louise (2009), «Palmarès des prénoms : Thomas et Léa en tête en 2008». Article du journal «La Presse», publié dans l’édition du 16 avril 2009.

   Remerciement à Diane Garceau de la Fabrique Saint-Louis-de-France pour la transmission de ce document, reproduit avec l’autorisation de la Chancellerie de l’Évêché de Saint-Jérôme.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar