UN BRIN D’HISTOIRE

par Claude Martel, géographe-historien
UN BRIN D’HISTOIRE
Le fondateur Aimé Despatis accompagné des présidents Normand Gouger (1975-1977), Marguerite Lachapelle (1981-2001) et Claude Blouin (1977-1981 et 2008-auj.). (Photo : Fonds Aimé Despatis, Société d’histoire de la région de Terrebonne)

La Société d’histoire fête ses 35 ans

C’est dans le cadre de son brunch-bénéfice du 10 avril que la Société d’histoire de la région de Terrebonne (SHRT) soulignera ses 35 ans d’existence.

  

Les effets de la Révolution tranquille

Au lendemain de la Révolution tranquille, la société québécoise rejette presque systématique son passé. Le patrimoine, les meubles antiques prennent le bord… (des poubelles, des antiquaires américains, etc.); vive la modernité, la TV, les bungalows «modernes» en clin d’aluminium et, disons-le, tout le «kitch» de cette époque des années 70! Pendant ce temps, à Terrebonne, on parle de détruire les vieilles «cabanes» du Vieux-Terrebonne. L’Île-des-Moulins est un parc de maisons mobiles avec de vieux bâtiments délabrés ou en ruines.

Mobilisation et naissance de la SHRT

Au début de 1975, quatre enseignants en histoire de la Polyvalente Leblanc entreprennent un projet de cours en histoire locale portant sur Terrebonne. On les réfère à Aimé Despatis, qui décide de s’impliquer dans le projet. Lorsque ce dernier souligne avec regret l’absence de société d’histoire dans le secteur, les enseignants lui proposent d’en créer une. C’est ainsi que prend vie la Société d’histoire de la région de Terrebonne (SHRT), à la suite d’une assemblée convoquée par Aimé Despatis dans son journal «La Revue de Terrebonne». Lors de cette rencontre tenue au Salon rouge du Collège Saint-Sacrement, le 14 octobre 1975, plus de 50 personnes présentes jettent les bases de l’organisme.

La SHRT obtient ses lettres patentes le 9 décembre 1975 grâce au soutien juridique de Me Denis Hardy, alors député de Terrebonne et ministre des Affaires culturelles dans le gouvernement libéral de Robert Bourassa. Soulignons que Denis Hardy était un ami personnel d’Aimé Despatis.

Ne disposant d’aucun local permanent, la Société d’histoire tient ses réunions à l’étage de la bibliothèque municipale sur la rue Saint-Pierre, aujourd’hui l’édifice Louis-Lepage, converti en salle du conseil de la Ville de Terrebonne. La SHRT s’engage rapidement dans la protection du patrimoine bâti, notamment dans le dossier de l’Île-des-Moulins. Dès 1976, elle obtient, avec le concours du Groupe de la Place publique, l’ouverture du Bureau seigneurial à la population. Il s’agit du premier et seul bâtiment complètement restauré à l’Île-des-Moulins; il était encore vacant, inaccessible, sans vocation clairement définie. La SHRT établit ses bureaux à l’étage, et le ministère des Affaires culturelles organise une exposition historique permanente au rez-de-chaussée. Grâce à des subventions, elle a peut embaucher du personnel qui sert à l’animation de l’Île-des-Moulins et du Vieux-Terrebonne ainsi qu’à la recherche historique.

La Société a le vent dans les voiles, elle érige un circuit du patrimoine dans le Vieux-Terrebonne, la côte de Terrebonne, Lachenaie et Mascouche. Des panneaux «patrimoine» figurent devant des édifices ou lieux historiques. S’ensuit la publication d’une série de brochures historiques. Afin d’amener les membres à découvrir l’histoire locale, la SHRT entreprend une série de conférences mensuelles, lesquelles sont encore présentées de nos jours.

Les grands projets : 1981-2002

L’arrivée d’une nouvelle présidente, Marguerite Lachapelle, apporte progressivement une nouvelle orientation à la SHRT. L’organisme devient davantage un partenaire dans le développement socioéconomique et culturel de la région, notamment dans la mise en œuvre d’une structure d’accueil et de développement touristique. Un projet structurant s’amorce en 1987 : on parle d’un musée dédié à l’œuvre de la famille Masson. Le projet prend bientôt la forme de «Maison de la culture Joseph-Masson». On procède à l’acquisition des biens de la succession Masson, on constitue un fonds d’archives, etc. Alors que le projet est sur le point de prendre forme, un ensemble de circonstances politiques y mettent fin. Celui-ci a été relancé en 2000 sous le nom de Maison d’histoire de Terrebonne.

D’autres dossiers ont mobilisé la SHRT au cours de cette période, pensons notamment à de nombreux efforts et à la réalisation d’études en vue de la sauvegarde du Domaine seigneurial de Mascouche; un dossier qui n’est toujours pas résolu! Il y a aussi eu la préservation du site historique et archéologique du Fort de Lachenaie.

Le décès prématuré de Marguerite Lachapelle (2001) et le départ de la région de Claude Martel (2002) ont provoqué la cessation des activités de la SHRT, faute de relève.

La relance : 2008-2011

De nouveau, sous l’instigation d’Aimé Despatis, la SHRT relance ses activités en 2008. Le projet de maison d’histoire est rétabli, tout comme les activités qui figuraient autrefois à l’agenda de l’organisme : conférences, publications, partenariat dans le développement régional. À cet effet, la SHRT présentera sous peu un plan de développement et de mise en valeur du patrimoine culturel.

La Société d’histoire de la région de Terrebonne a pour mission de regrouper toutes les personnes qui s’intéressent à l’histoire et à ses disciplines connexes. Elle vise à acquérir des connaissances historiques sur le territoire de la MRC Les Moulins afin de préserver et mettre en valeur son patrimoine, lequel est d’une grande richesse. Pour parvenir à ses fins, la Société vise à établir un centre de recherche et de documentation, tout en poursuivant la diffusion de ses travaux par le biais de brochures, conférences, bulletins d’information, et en collaborant avec divers partenaires de la communauté dans des projets de mise en valeur culturels et touristiques.

Si l’histoire vous intéresse, nous vous invitons à vous joindre à la Société d’histoire. Pour obtenir de l’information, consultez le site de la SHRT au www.shrt.qc.ca ou téléphonez au 450 492-5252.

_________________________

Source : Archives de la Société d’histoire de la région de Terrebonne

Partager cet article

Commentez l'article

avatar