Un brin d’histoire

Photo de Claude Martel
Par Claude Martel
Un brin d’histoire
Les débuts du parc industriel 640 en 1984, le chemin Gascon et la rue Pascal-Gagnon. (Photo : archives La Revue)

De la SODERNMI à la MRC, en passant par la SORDEM et le CLDEM

Observons cette merveilleuse croissance de notre vitalité économique depuis quatre décennies.

SODERNMI

Dès janvier 1980, la Société de développement économique de la Rive-Nord des Mille-Îles entreprend ses activités sous la direction générale de Jean Lafrenière, qui entre en poste en février. Ce dernier part en décembre 1981 alors que l’on confie la direction à Serge De Blois. Au moment de créer l’organisme, la MRC ne compte que 1 923 emplois industriels (112 industries) pour 54 000 habitants, ce qui est très peu.

SORDEM

La création de la MRC des Moulins, en 1982, apporte un changement de nom : ce sera dorénavant la Société régionale de développement économique des Moulins. En 1984 arrive un nouveau directeur ambitieux, Richard Marcotte, qui quittera la direction en 1991 pour devenir maire de Mascouche. L’économie reprenant du mieux, la société connaît, à partir 1984, un accroissement significatif des investissements dans la région. Toujours en 1984 apparaît un supplément du journal La Revue à l’occasion de la Semaine de la PME; c’est ainsi que naît le Reflet économique publié annuellement par l’hebdomadaire.

Un nouveau parc industriel s’amorce au nord de l’autoroute 640, l’entreprise De La Fontaine étant le pionnier en 1982. Dès 1988, on commence à s’intéresser au rayonnement international de certaines de nos entreprises. Après 10 ans d’existence, la SORDEM réalise que 2 000 emplois industriels ont été créés; un commissaire adjoint fait son entrée, Claude Robichaud.

La chute du dollar américain, l’imposition de la TPS, les taux d’intérêt à 13 % provoquent un ralentissement des investissements au début des années 1990. Richard Marcotte, maintenant maire, ne trouve plus pertinent d’être membre de la SORDEM et en retire sa ville. Lise Brouillette lui succède comme directrice générale et apporte un virage stratégique en se concentrant sur le développement industriel de la région. Dès 1993, la Ville de Terrebonne acquiert de vastes terrains en bordure de l’autoroute 640 afin d’en faire un parc d’envergure métropolitain. En 1994, on embauche un commissaire afin de prospecter de nouveaux clients industriels sur l’île de Montréal. La stratégie agressive porte ses fruits; d’ailleurs, en 1995, la barre des 3 000 emplois industriels est franchie.

CLDEM

En 1997, le gouvernement du Québec impose une nouvelle structure de développement économique au Québec : dorénavant, chaque MRC aura un centre local de développement. C’est ainsi que naît le CLDEM. La nouvelle structure ramène obligatoirement Mascouche en son sein. Un nouveau conseil de direction reflétant davantage les acteurs de la communauté est formé. De nouveaux dossiers, dont ceux de l’économie sociale, font leur apparition.

Après le départ de Lise Brouillette (2000), les dirigeants accordent leur confiance à Claude Robichaud (2001). Au cours des années qui suivent, on note une augmentation des investissements qui, en moyenne, se chiffrent annuellement autour de 65 millions de dollars, bien que l’année 2011 se soit révélée exceptionnelle avec 252 millions.

Outre la grande croissance de nos parcs industriels, les années qui suivent sont marquées par l’intégration des stratégies économiques. Plusieurs projets vont naître avec la communauté d’affaires, pensons aux salons de l’emploi, à la cellule de Mentorat (2008), mais aussi à l’arrimage avec le monde de l’éducation, notamment la mise en œuvre du Centre d’expertise et de formation en design industriel (CEFdi) (2011) ou INÉDI – Centre collégial de transfert de technologie du cégep (2014).

La MRC 3.0

En 2018, les autorités municipales décident d’intégrer les activités du CLDEM et de Tourisme des Moulins au sein de la MRC Les Moulins afin d’améliorer la synergie et l’efficience du développement régional. Depuis, la communauté a assisté à l’inauguration du CentrOparc en remplacement de l’aéroport de Mascouche et d’Innohub La Centrale, un nouvel incubateur visant l’encadrement et l’expansion de jeunes entreprises.

Après 40 ans d’efforts et d’investissements stratégiques, la MRC compte aujourd’hui près de 14 000 emplois industriels, sans oublier une vaste gamme d’emplois dans le secteur commercial et des services. L’avenir nous réserve certainement de belles surprises dans cette ère de la 4e révolution industrielle!

 

Les présidents

Robert Gibelleau : 1979-1991

Clément Dallaire : 1991-1992

Robert Desrochers : 1992-1993

François Duval : 1993-2015

Christian Pimparé : 2015-2018

Renée Chartier : 2018

_______________

Source : Archives La Revue.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar