Un brin d’histoire

Photo de Claude Martel
Par Claude Martel
Un brin d’histoire
Le magasin général de Gonzague Gauthier constitue le cœur du village de La Plaine, abritant notamment le bureau de poste local. (Photo : SHRT, fonds Aimé-Despatis)

La Plaine en 1970

Il y a 50 ans, La Plaine n’était encore qu’une petite municipalité rurale de 1 000 habitants. L’ex-municipalité de Saint-Joachim, qui porte maintenant le nom de La Plaine, est en pleine effervescence, la décennie 1970 va rapidement intégrer cette campagne paisible dans l’essor urbain de la métropole.

La nouvelle église

L’incendie de l’église paroissiale de 1917, survenue le 15 avril 1969, bouleverse la petite communauté. Rapidement, on décide de construire une nouvelle église, mais de déplacer celle-ci sur la nouvelle route principale, c’est-à-dire le boulevard Laurier. Rappelons qu’en 1968, la vieille montée de la «Grande Ligne» a été élargie et entièrement refaite en bel asphalte! Rebaptisée boulevard Laurier, elle est maintenant intégrée au réseau routier numéroté en devenant la route 337.

Le curé Sylvestre, victime d’une crise cardiaque, est au repos complet. C’est l’abbé Jean-Marc Marsolais qui prend la relève. Le 14 février, l’évêque de Joliette, Monseigneur René Audet, procède à l’inauguration du nouveau temple aux allures modernes. Une foule de dignitaires assistent à l’événement. Le 23 août, l’abbé Robert Crépeau devient le nouveau curé de la paroisse.

L’attraction de Terrebonne

Jusqu’à présent, les Plainois partageaient leurs activités principalement entre Sainte-Anne-des-Plaines et Saint-Lin–Laurentides. La venue de la nouvelle route 337 ouvre la voie à un accès plus facile vers Terrebonne qui, disons-le, est en plein développement urbain.

Dans un contexte de réforme des structures scolaires québécoises, on apprend le 11 mars que la Commission scolaire de Saint-Joachim sera annexée à celle de Terrebonne à compter du 1er juillet. Deux ans plus tard, les commissions scolaires de Mascouche et Lachenaie se fusionneront à celle de Terrebonne qui donnera lieu à une nouvelle région scolaire – la future Commission scolaire des Manoirs, laquelle ouvrira la voie à la formation de la MRC des Moulins en 1982.

Une petite communauté

L’édition du 15 octobre 1970 du journal La Revue de Terrebonne présente un cahier spécial de 4 pages sur La Plaine, soulignant à la fois le 50e anniversaire de création de la fabrique de Saint-Joachim et l’ouverture de la nouvelle église paroissiale. Le cahier nous dresse un beau portrait de la communauté.

Le conseil municipal est composé du maire Philippe Villeneuve (depuis 1967), des conseillers Herman Mathieu, Émile Roy, Marcel Gladu, Bernard Guilbault, Frank Brochu et Alexis Grenon; Gabriel Villeneuve est secrétaire-trésorier de la Municipalité, un emploi à temps partiel. Pour sa part, la Caisse populaire de Saint-Joachim (fondée en 1946) compte 621 membres et un actif de 512 000 $. Réal Limoges en est le gérant alors qu’Émile Roy préside le conseil de direction.

Le doyen de la place est Uldéric Lamoureux, âgé de 86 ans et 10 mois, alors que le couple le plus âgé est formé de l’ex-marchand général Adrien Gauthier et de Rose Anne Thérien, tous deux âgés de 85 ans, couple qui célèbre cette année leur 65e anniversaire de mariage.

Le cahier souligne la présence de la grande résidence et de la ferme La Charolle, dirigée par les frères des Écoles chrétiennes qui, depuis deux ans, sont établis à La Plaine. Éleveuse d’un gros troupeau de bœuf charollais et productrice d’œufs, la ferme se démarque par sa taille au nord du village.

L’offre touristique attire plusieurs villégiateurs, soit au lac des Plaines avec ses chalets et sa plage sablonneuse, au lac André avec son restaurant et sa salle d’amusement, au lac Julius (ch. Curé-Barrette) ou au lac du Petit paradis qui dessert surtout la communauté italienne. Enfin, on retrouve le «magnifique camping du Ravin», propriété de M. Guillemette.

Sur le plan industriel, on retrouve la Laurentide Frame Manufacturing, fabricant de cadrages et de chesterfields (Gabriel Villeneuve); Papier Laurentide, fabricant de papier d’emballage (Rolland Thérien); et Alban Manufacturing Chesterfield (Alban Bourck). Côté commerces, outre le magasin général Gauthier, on retrouve l’épicerie Métropole (Charles-Édouard Renaud), le garage Chaumont (Marcel Chaumont), la station-service Texaco (Raoul Beaudry), Station Gaz B.P. Restaurant (Lucien Leclerc), Chez Denise Fruits et légumes, Restaurant Roger Fournel, garage Réal Robert débossage – peinture.

________________

Source : Fonds de recherche de l’auteur.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar