Un brin d’histoire

Photo de Claude Martel
Par Claude Martel
Un brin d’histoire
Réseau de distribution de la SW&P entre la Mauricie et Montréal. (Carte : BAnQ)

La Shawinigan Water and Power

Si les années 1880 marquent les premières lueurs électriques au Québec, c’est véritablement dans les années 1890 que l’électricité devient un vecteur de développement économique dans la vallée du Saint-Laurent. D’ailleurs, Terrebonne figure parmi les premières villes à « avoir » l’électricité au Québec.

Un site à fort potentiel

Dans l’engouement qui mobilise les industriels à investir dans l’électricité, un petit groupe de jeunes de Boston vont rapidement évaluer le potentiel hydraulique de la vallée de la rivière Saint-Maurice. Sans avoir financier substantiel, ces jeunes s’associent à quelques Montréalais et fondent, en janvier 1897, la Shawinigan Water and Power Company (SW&P), dont le siège social est à Montréal. La jeune compagnie achète aussitôt les droits que détient John Joyce dans les chutes de Shawinigan; ce dernier devient le principal actionnaire de l’entreprise et confie la direction du projet à J.-E. Aldred.

L’entreprise est de taille; il faut non seulement construire une centrale électrique sur une chute en pleine forêt, mais trouver des industries pour s’établir autour, préparer les plans et construire la future ville de Shawinigan. Il faut aussi construire un chemin de fer pour desservir le tout. En parallèle, le défi est de trouver le financement nécessaire à ces divers projets.

Le fort potentiel du site permet aux investisseurs de gagner leur pari. Mais c’est du côté de Montréal que se trouve le principal marché. Dès 1900, on envisage la construction d’une ligne électrique vers la métropole. Cette ligne de 50 000 volts se concrétise en 1903 et longe la nouvelle voie ferrée reliant Montréal à Shawinigan.

La Laval Electric Co

L’un des premiers projets d’Aldred est de profiter des différents marchés locaux qui se trouvent le long de la nouvelle ligne électrique. Si bien qu’en 1904, le sénateur Robert Mackay, nouveau président de la SW&P, fonde une filiale, la Laval Electric Co, dont le siège social est à Charlemagne. Le 27 août 1906, le conseil municipal de Saint-Charles-de-Lachenaie autorise la Laval Electric à traverser son territoire tout en la desservant. S’amorce alors la construction d’une ligne secondaire de 12 000 volts qui permettra de relier Charlemagne à Sainte-Rose (lieu de villégiature populaire des riches montréalais). Outre l’achat du petit réseau local de Sainte-Thérèse, la Laval Electric étend son réseau tout autour, permettant d’atteindre Mascouche en 1910, via la montée Masson, puis Saint-Louis-de-Terrebonne et Saint-Joachim-de-La Plaine, respectivement en 1926 et en 1927. Le réseau local s’étend également jusqu’à Saint-Eustache à l’ouest et du côté de Repentigny et de L’Assomption vers l’est.

En 1924, l’entreprise est fusionnée à l’Electric Service Corporation qui, à titre de filiale de la SW&P, distribue l’électricité dans les différentes localités du bassin couvert par la compagnie mère.

La ligne à 100 000 volts 

En 1909 et en 1910, Aldred acquiert 10 000 actions de la Montreal Light Heat and Power, alors que les dirigeants de Montréal en font autant avec la SW&P. Le rapprochement entre les deux compagnies va sans doute inciter la SW&P à augmenter la vente d’électricité du côté de Montréal. Le 30 janvier 1911, les administrateurs de la SW&P conviennent d’exproprier un long corridor dans la Cabane-Ronde et à Lachenaie. D’ailleurs, le 24 mars 1911, le cultivateur Azarie Messier vend une longue lisière de 96 pieds de large ainsi que plusieurs servitudes afin que deux nouvelles lignes à « haute tension » traversent sa terre. Le paysage allait maintenant accueillir des pylônes en métal et leur guirlande de fils!

Le réseau de Terrebonne

Pour sa part, le village de Terrebonne détenait son propre réseau électrique, mais la croissance démographique des années 1950 va forcer celle-ci à se tourner vers des équipements plus puissants, si bien que le réseau local est vendu, en 1957, à la SW&P.

En 1962, l’électricité devient le symbole de la libération économique du peuple québécois; l’élection de Jean Lesage s’articule autour de ce débat et conduira à la nationalisation de la Shawinigan Water & Power et de plusieurs autres compagnies à compter du 1er mai 1963.

______________

Sources : A. Bolduc, C. Hogue, D. Larouche (1984), Québec un siècle d’électricité, Ed. Libre Expression; fonds de recherche de l’auteur.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar