Un défenseur du patrimoine s’enflamme

Karine Limoges
Un défenseur du patrimoine s’enflamme
Luc Thériault, candidat à la mairie, a dénoncé l’inaction du conseil municipal de la Ville de Mascouche dans le dossier du Manoir seigneurial, qui a partiellement brûlé au début d’octobre. (Photo : Karine Limoges)

Le Manoir seigneurial de Mascouche a été la cible d’un incendie considéré suspect par le service de police dans la nuit du 5 au 6 octobre. «Ce week-end, notre patrimoine a brûlé», a d’ailleurs laissé tomber Luc Thériault en séance du conseil municipal en demandant aux élus de s’engager pour l’avenir du Domaine seigneurial, qui date de la fin du 18e siècle.

Celui qui a fait partie du comité de sauvegarde du Manoir a imploré les membres du conseil de Mascouche d’aller de l’avant avec le projet déposé en mars. Le comité avait identifié une vocation récréotouristique pour ce qui pourrait devenir un grand parc régional. «Il faudrait qu’on s’organise, car on est en train de perdre un joyau régional», a dénoncé Luc Thériault.

Comme rapporté depuis plusieurs mois dans les pages du journal La Revue, les membres du défunt comité s’inquiètent d’échapper des sommes importantes mises à la disposition de projets porteurs. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a par ailleurs déjà identifié la forêt seigneuriale comme l’un des 31 boisés d’intérêt qui cadreraient dans le patrimoine naturel et bâti du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD).

«Vous étiez censés mettre en place un comité (élargi) et on est en train de perdre l’accès à ces fonds!» a accusé M. Thériault. La mairesse suppléante,Lise Gagnon, a dévoilé avoir appris que la MRC ne voudrait pas «être porteuse» de ce projet et que le comité songerait à déposer lui-même le dossier à la CMM. «Vous devez être les premiers porteurs de ballon et c’est pourquoi la MRC ne veut pas s’engager», a fulminé le candidat à la mairie en quittant le micro.

Un incendie prévisible?

Le Service de police de Mascouche poursuit son enquête et laisse filtrer peu de détails quant aux circonstances entourant l’incendie considéré comme suspect survenu au Manoir seigneurial dans la nuit du 5 au 6 octobre. La surveillante du Domaine, Lucie Labranche, affirme avoir pincé un groupe de jeunes de 18 à 20 ans autour d’un feu de camp dans le stationnement adjacent au terrain de basketball les deux fins de semaine précédant l’incident. Elle assure avoir barricadé de nouveau toutes les portes et fenêtres il y a trois semaines. «Le lendemain, des fenêtres étaient défoncées», déplore-t-elle. Elle ajoute avoir aperçu de la laine isolante qu’on aurait tenté d’allumer en haut du gymnase et près de l’entrée principale.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar