Un futur vers les maisons nettes zéro

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Un futur vers les maisons nettes zéro
Trémä envisage de construire à Mascouche deux maisons jumelées, dont une sera nette zéro et l’autre, prête à recevoir les équipements d’une maison nette zéro. (Photo : courtoisie)

Une résidence à très faible empreinte carbone, soit une maison à consommation énergétique nette zéro sera très bientôt érigée à Mascouche, dans les Jardins du Coteau. Elle fera partie d’un projet innovant qui se voudrait une solution concrète pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

«Nous nous dirigeons de plus en plus vers de tels critères minimaux de construction», annonce Yves Raymond, de Trémä Groupe immobilier, lorsqu’il nous a présenté la maison à consommation énergétique nette zéro avec panneaux photovoltaïques.

Compensation des coûts

«Selon l’organisme Écohabitation, soutient M. Raymond, si nous comparons une maison construite selon les normes actuelles du Code du bâtiment à une maison nette zéro, il y aurait une économie de près de 2 600 $ par année en consommation d’électricité» pour une unifamiliale climatisée de deux étages et sous-sol, d’une superficie de 206 m², avec un ratio fenêtres/murs de 14,1%. «Plus précisément, en moyenne, le coût annuel en électricité pour une maison nette zéro serait de 172 $.»

«Cette économie de consommation compense les coûts additionnels de construction pour une telle résidence», ajoute M. Raymond.

Si ces coûts sont de quelques dizaines de milliers de dollars de plus, Yves Raymond précise que de plus en plus, les entrepreneurs arriveront à construire des maisons nettes zéro à des prix équivalents aux maisons régulières. Trémä envisage par ailleurs de construire à Mascouche deux maisons jumelées, dont une sera nette zéro et l’autre, prête à recevoir les équipements d’une maison nette zéro.

Intérêt de la Ville

«En discutant avec les responsables de la Ville de Mascouche, nous avons senti leur très grande ouverture pour ce genre de construction», rapporte M. Raymond, ce que confirme Yohann Champagne, directeur du Service de l’aménagement du territoire à la Ville de Mascouche.

«C’est certain que nous sommes très contents qu’il y ait des initiatives de la part d’entrepreneurs. Nous travaillons déjà sur un règlement allant en ce sens pour émettre des normes et des obligations réglementaires pour les futures constructions. Nous travaillons en collaboration avec les entrepreneurs, nous ne souhaitons pas imposer de façon unilatérale ces prochaines modifications. Ça devrait être en place en janvier 2020», de dire M. Champagne.

L’avenir

«À notre avis – et les municipalités vont dans ce sens –, la norme minimale devrait être la norme NovoClimat, mais je crois qu’on se dirige tous vers cet objectif, soit avoir des maisons avec une efficacité énergétique supérieure», conclut Yves Raymond.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar