Un message d’espoir aux réfugiés du Kosovo

A l’occasion de la journée internationale de la terre, le 22 avril dernier, des élèves et enseignants de l’école primaire des Haut-Bois à Mascouche ont accompli un geste de partage et de solidarité en organisant une collecte de fonds destinés à la Croix-Rouge pour venir en aide aux réfugiés d’Albanie. Au cours d’un projet qui s’est étalé sur deux semaines, plusieurs activités ont été organisées pour sensibiliser les élèves, les parents et le personnel de l’école aux problèmes vécus au Kosovo.

Philippe Pilette

Comment parler de paix pour la « Journée de la Terre » lorsqu’on voit dans l’actualité la guerre qui ravage une partie de la Yougoslavie?

C’est en cherchant une réponse à cette question que Louise Desjardins, animatrice de pastorale et Isabelle Blais, enseignante en 2e année ont eu l’idée du « Projet Kosovo ». Avec la collaboration de leurs collègues, les deux enseignantes ont donc proposé un ensemble d’activités pour sensibiliser les enfants à la paix dans le monde.

Ainsi, par des recherches dans les journaux et la réalisation d’affiches et d’expositions dans les corridors de l’école, des réflexions écrites sur le problème ainsi qu’une lettre de sensibilisation envoyée aux parents, les élèves ont pu en apprendre davantage sur la situation vécue là-bas et ont réalisé l’importance de trouver des moyens pour venir en aide aux Kosovars.

Témoignages

« Il faut les aider, ils n’ont plus rien! » explique Marie-Eve. « Lorsqu’ils reviendront chez eux, leurs maisons seront détruites! » ajoute Dominique, un élève de maternelle.

Lorsque le journaliste s’est présenté à l’école, un groupe d’élèves l’attendait avec impatience pour lui exprimer les réflexions sucitées par cette démarche de sensibilisation. Le groupe, composé d’enfants de la maternelle à la 6e année, a même chanté un hymne à la paix composé spécialement à l’intention des Kosovars.

Un peu partout dans l’école, des montages, des dessins et des affiches illustraient les résultats des recherches et des discussions sur la situation des réfugiés.

Pour participer à la collecte de fonds, un groupe de 6e année a même eu l’idée d’un « dictéethon », une activité où les élèves ont sollicité leurs parents qui s’engageaient à remettre un montant pour chaque mot correctement orthographié d’une dictée de 100 mots. D’autres enfants ont contribué à la collecte en puisant dans leurs propres économies et un des parents a même fait un don de 100$!

Symbole de renouveau et d’espoir, un crocus était remis à chaque personne ayant participé à cette démarche. Par ce projet Kosovo, un beau moment de solidarité et d’entraide a été vécu par les élèves au cours de ces deux semaines!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar