Un moratoire sur la construction?

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Un moratoire sur la construction?
La pétition a été lancée par André Fontaine, conseiller municipal indépendant. (Photo : courtoisie)

Étant d’avis que « plusieurs projets soulèvent des inquiétudes en lien avec la protection du patrimoine bâti et des paysages culturels du Vieux-Terrebonne », le conseiller municipal André Fontaine a démarré une pétition demandant l’imposition d’un moratoire sur les nouvelles constructions et les agrandissements d’ici à l’adoption du règlement à venir sur les normes architecturales du quartier.

Lancée le 24 juin, la pétition en ligne a rapidement généré de l’intérêt. Au moment de mettre sous presse, lundi, environ 1 700 personnes avaient apposé leur signature. Une version papier circule également dans le quartier.

Dans la pétition, qui devrait être déposée par M. Fontaine lors de la séance du conseil municipal du 6 juillet, le conseiller rappelle qu’un premier projet de règlement qui inclut la grille d’usages et des normes a été adopté le 11 mai et que des consultations publiques pour ce projet étaient prévues à la fin du mois d’août. Consultations desquelles devrait émerger un second projet de règlement qui « orientera l’aménagement du Vieux-Terrebonne et son développement pour les années à venir ».

Les signataires demandent un moratoire « dès maintenant sur toutes approbations et dérogations relatives à de nouvelles constructions ou agrandissements situés dans le quartier historique du Vieux-Terrebonne […] jusqu’à ce que le projet de règlement 1001-304, une fois révisé, soit adopté par le conseil municipal ». Le secteur ciblé est à l’ouest de la rue Chapleau inclusivement, en plus des terrains de l’ancienne manufacture Globe Shoe, et au sud de la rue Saint-Louis inclusivement, jusqu’à la ruelle des Anges.

Conséquences économiques?

Questionnée sur les possibles conséquences économiques qu’un tel moratoire pourrait avoir, la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins (CCIM) n’a pas officiellement statué sur le sujet. Son directeur général, Pierre Berthiaume, affirme que « la CCIM est en faveur de toute amélioration qui pourrait assurer la pérennité des commerces et entreprises sans que ce soit au détriment des résidents ».

Partager cet article

Commentez l'article

avatar