Un multirécidiviste de l’alcool au volant arrêté

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Un multirécidiviste de l’alcool au volant arrêté
Yvon Gariépy était visé par une interdiction de conduire d'une durée de cinq ans. (Photo : archives)

Yvon Gariépy, un homme de 60 ans avec de nombreux antécédents en matière de conduite avec les facultés affaiblies et sous le coup d’une interdiction de conduire, a été arrêté au volant d’un véhicule par les policiers de Terrebonne, dans la nuit du 8 au 9 mars.

Les policiers ont voulu intercepter le conducteur peu avant 4 h, alors que celui-ci circulait sur la rue Rodrigue, près de la montée Major, à Terrebonne. Il a toutefois refusé de s’immobilier et a obligé les agents à le pourchasser jusqu’à Saint-Roch-de-l’Achigan. Lorsqu’il s’est finalement immobilisé, il a résisté à son arrestation, mais les policiers sont parvenus à le maîtriser.

Il a comparu au palais de justice le 11 mars. Il est, pour l’instant, accusé de refus de se soumettre à un test de dépistage d’alcool, de refus s’immobiliser, de refus d’obtempérer à l’ordre d’un agent de la paix, d’avoir résisté à son arrestation et d’avoir conduit un véhicule moteur durant une interdiction.

Antécédents

Le résident de Saint-Roch-de-l’Achigan est loin d’en être à une première offense en la matière. Il a notamment plaidé coupable, en 2016, d’avoir conduit avec un taux d’alcoolémie supérieur à 160 mg par 100 ml de sang. Il s’était alors vu imposer une interdiction de conduire d’une durée de cinq ans.

Yvon Gariépy est demeuré détenu après sa comparution et le restera jusqu’à son retour devant le tribunal, le 4 avril, pour son enquête sur remise en liberté.

«Le Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion rappelle que chaque année, au Québec, les accidents dus à l’alcool causent en moyenne sur les routes 1 800 blessés légers, 260 blessés graves ainsi que 110 décès. De plus, refuser ou omettre de souffler dans l’appareil de détection approuvé ou de faire les épreuves de coordination des mouvements entraîne automatiquement les sanctions les plus sévères», mentionne le corps policier dans un communiqué de presse.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar