Un nouveau Parcours d’accompagnement dévoilé

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Un nouveau Parcours d’accompagnement dévoilé
Considérant que l’intégration des personnes immigrantes constitue une responsabilité partagée entre celles-ci et le gouvernement, le ministre Simon Jolin-Barrette estime fournir sa part d’efforts par cette nouvelle initiative qui se veut «une réelle prise en charge», dit-il. (Photo : Pénélope Clermont)

IMMIGRATION

Souhaitant mettre en place de meilleurs outils pour assurer une intégration réussie des personnes immigrantes, le gouvernement annonce le déploiement d’un nouveau Parcours d’accompagnement personnalisé. Cet investissement de 20 M$ a été dévoilé à Terrebonne par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), Simon Jolin-Barrette, le 8 août.

Décrit comme la pièce maîtresse de la réforme du système d’immigration québécois entamée au cours de la dernière année par le gouvernement, le Parcours valorise la pleine participation des personnes immigrantes à la vie collective et au marché de l’emploi du Québec. Comme rapporté par le ministre, il offre surtout un encadrement «accessible, flexible et adapté» durant tout le processus d’intégration qui est propre à chacun, et ce, dès la sélection de la personne à l’étranger, jusqu’à son arrivée et évolution en sol québécois.

En effet, on prévoit créer un premier contact entre un agent d’aide à l’intégration du MIDI et les candidats retenus à l’étranger afin de les inviter à entamer diverses démarches. Des séances d’information et des formations concernant la francisation, la reconnaissance des acquis et les régions du Québec seront aussi proposées.

Dès leur arrivée à l’aéroport, les candidats seront rencontrés et on prévoit les revoir dans les cinq jours ouvrables suivants afin de définir leurs besoins spécifiques et élaborer un plan d’action individualisé. Ce dernier se décline en quatre volets : l’installation, la francisation, l’intégration au marché de l’emploi et l’intégration à la collectivité.

Un suivi rigoureux

«À mon entrée en poste, certains services offerts par le MIDI étaient inadéquats, inadaptés et insuffisants. Le rapport de la vérificatrice générale relatait de nombreuses lacunes, notamment l’absence de suivi, la méconnaissance des besoins réels et le manque de coordination des services offerts. Il fallait corriger cette situation», a exposé M. Jolin-Barrette.

À cet effet, il affirme que les agents d’aide assureront un suivi rigoureux de l’évolution de la personne immigrante et ajusteront au besoin le plan d’action. De plus, les personnes immigrantes seront invitées à suivre la session Objectif intégration pour se familiariser avec la réalité socioculturelle et les caractéristiques du marché du travail du Québec. Une allocation de participation de 185 $ sera offerte à celles qui la compléteront.

84 nouveaux agents d’aide

À travers l’implantation du Parcours d’accompagnement personnalisé, le Ministère a créé un nouveau poste, celui d’agent d’aide à l’intégration. À terme, l’embauche de 84 nouveaux intervenants est prévue, soit 78 agents d’aide répartis dans tout le Québec et 6 coordonnateurs.

Cette nouvelle initiative a créé une certaine inquiétude chez Hassiba Idir, coordonnatrice de l’organisme favorisant l’intégration de personnes immigrantes sur le territoire moulinois, AMINATE. «Est-ce que ces agents vont dédoubler le travail des organismes comme le nôtre? a-t-elle questionné. Le ministre m’a rassurée en me disant qu’on allait faire partie de ce parcours-là. Mais ça reste une grande nouvelle. J’apprécie toutes les nouveautés qui s’en viennent et on verra pour la suite. Nous sommes prêts à travailler en pleine collaboration avec le Ministère parce que c’est ce qu’il faut.»

Dans le même sens, le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, a commenté : «Terrebonne, c’est déjà plus de 10 000 citoyens issus de l’immigration. Nous comptons depuis peu sur un centre d’apprentissage du français pour les immigrants et notre futur parc industriel fera de notre communauté une terre d’accueil pour plusieurs autres nouveaux arrivants. C’est dans ce contexte de rareté de la main-d’œuvre que Terrebonne (et la région) sera appelée à déployer des efforts avec nos partenaires locaux, dont AMINATE. Saluons la décision du gouvernement de reconnaître aussi l’importance de nos communautés dans sa stratégie à venir.»

Partager cet article

Commentez l'article

avatar