Un nouveau site Web interactif

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Un nouveau site Web interactif
Le CFGC couvre une superficie de près de 70 000 hectares, dont 28 350 de milieux boisés qui chevauchent six MRC : Mirabel, Thérèse-de-Blainville, Les Moulins, Rivière-du-Nord, Montcalm et L’Assomption. (Photo : Nature-Action Québec)

CORRIDOR FORESTIER DU GRAND COTEAU

Le projet du Corridor forestier du Grand Coteau (CFGC), qui vise à interrelier les espaces verts de la Rive-Nord et auquel participent neuf municipalités, dont Terrebonne et Mascouche, en partenariat avec Nature-Action Québec, continue de cheminer. Un site Web a été lancé et des interventions locales sont prévues en 2020.

Le comité technique du CFGC a récemment tracé le bilan de ses activités pour l’année 2019 et en a profité pour lancer son nouveau site Internet interactif, le www.mongrandcoteau.ca. «En plus d’être un outil de sensibilisation et une source d’information unique sur la faune et la flore du CFGC, le site permettra aux amateurs de plein air de partager leurs observations et ainsi de contribuer à documenter l’inventaire de la biodiversité exceptionnelle de ce territoire», écrit Nature-Action Québec dans un communiqué de presse.

Intervention à venir

Parmi les secteurs où l’interconnectivité doit être améliorée, il y a une zone à la jonction de Terrebonne et de Mascouche, là où le chemin Sainte-Marie devient le chemin du Curé-Barrette. La bande riveraine à cet endroit doit être élargie et des fonds de terres agricoles non utilisées pourraient servir à du reboisement ou à l’implantation de haies brise-vent, expliquait, il y a quelques mois, Pascal Dubé, directeur du Service de l’environnement de Mascouche.

Toutefois, puisque les terrains ciblés appartiennent à des particuliers, encore faut-il que ceux-ci souhaitent collaborer. «Ils n’ont pas été sondés encore. Ils le seront l’an prochain et nous aurons un plan concret à leur proposer. Nous sommes en train de voir quelles seraient les mesures les plus bénéfiques, sans être trop intrusives», conclut M. Dubé.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar