Un peu de Lefebvre dans plusieurs coupes Stanley

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Un peu de Lefebvre dans plusieurs coupes Stanley
Michel Lefebvre entouré de ses deux enfants, Véronic et Patrick Lefebvre. (Photo : Olivier Lamarre)

Quand Michel Lefebvre fabriquait des masques pour ses amis gardiens de but pour le plaisir dans un sous-sol de Terrebonne, il y a 50 ans, il n’aurait cru un jour habiller la moitié des cerbères de la Ligue nationale de hockey (LNH). C’est pourtant ce que fait EGB Lefebvre à partir de ses locaux situés dans le parc industriel de Lachenaie.

Carey Price, Braden Holtby, Sergueï Bobrovsky et Pekka Rinne sont les quatre derniers portiers à avoir soulevé le trophée Vézina remis au meilleur gardien de but au terme de chaque saison. Holtby l’a aussi emporté sur Marc-André Fleury lors de la plus récente finale de la coupe Stanley. Les cinq gardiens que nous venons de nommer ont autre chose en commun : leur équipement est

créé par les travailleurs d’EGB Lefebvre.

Dès ses débuts officiels en 1987, l’entreprise alors située sur le boulevard Grande-Allée a commencé à concevoir des jambières en plus des masques pour être viable économiquement. Les bloqueurs ont suivi, puis les mitaines, dans les années 90.

Incomparable

Michel Lefebvre, qui fabriquait le masque du grand Patrick Roy avant même de créer EGB Lefebvre, est maintenant âgé de 70 ans et travaille encore à temps plein. Lorsqu’il regarde en arrière, il constate que son entreprise est à des années-lumière de l’époque où elle ne possédait « que deux ou trois machines à coudre et que tous les équipements étaient faits à la main ». Depuis, ses enfants Patrick et Véronic ont également gonflé les rangs de l’entreprise, qui est le fabricant exclusif des équipements de gardien de but pour CCM.

Depuis son virage numérique, qui devenait essentiel pour rester compétitif, les pièces d’équipements sont dessinées, puis les plans sont envoyés vers un ordinateur qui dirige le découpage. « Ça nous donne une très grande flexibilité si nous devons retoucher des morceaux. Il a fallu un certain temps pour nous adapter. Encore aujourd’hui, chaque fois, je suis impressionné », rigole Patrick Lefebvre.

Toujours à l’affût

Lorsqu’un gardien contacte EGB pour son équipement, l’entreprise connaît déjà ses mensurations grâce aux fichiers fournis par la LNH. L’entreprise discute avec le gardien pour connaître ses demandes. Il arrive aussi que Patrick Lefebvre, développeur principal, les conseille. « Je n’écoute pas un match de hockey comme tout le monde. Je me concentre toujours sur les deux gardiens et j’observe leurs techniques même s’ils ne sont pas nos clients pour connaître leurs besoins s’ils nous contactent un jour. »

Il est aussi très important de se souvenir des préférences de chaque athlète. Par exemple, Braden Holtby est un gardien de la vieille école. « Il porte des jambières avec six courroies en cuir. Il ne veut pas changer et aller vers quelque chose de plus léger », confie le développeur. C’est tout l’inverse pour le cerbère québécois Roberto Luongo, des Panthers de la Floride. « Il est toujours prêt à essayer les nouveautés. C’est un très bon ambassadeur pour nous et il vante très bien nos produits », précise Patrick Lefebvre.

L’entreprise de 18 employés a toujours trouvé des façons d’agrandir par l’intérieur au cours des 15 dernières années. Toutefois, signe que le futur est prometteur, EGB Lefebvre songe à agrandir ses locaux situés sur la rue Nationale et développe actuellement une nouvelle gamme de pièces d’équipement dont les détails ne peuvent être dévoilés pour l’instant.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar