Un robot au service des pharmacies

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Un robot au service des pharmacies
Avec l’aide de cette machine (SynMed Ultra de l’entreprise québécoise Synergie Médicale), 6 000 piluliers peuvent être produits par semaine avec une capacité de 75 à l’heure. (Photo : Gilles Fontaine)

Lorsqu’il est question de la robotisation, on pense souvent au remplacement des humains. Par contre, dans certains cas, l’utilisation d’un robot sert l’humain, comme c’est le cas pour Avantage CPO.

Avantage CPO est un centre de préparation de piluliers sur ordonnance. Depuis le mois d’avril, cette entreprise utilise un robot qui, par un système automatisé, prépare des milliers de piluliers par semaine pour différentes pharmacies de Laval et de la Rive-Nord, entre autres.

Avec l’aide de cette machine (SynMed Ultra de l’entreprise québécoise Synergie Médicale), 6 000 piluliers peuvent être produits par semaine avec une capacité de 75 à l’heure.

«C’est certain que c’est plus rapide. Un employé, s’il est excellent, pourrait en produire jusqu’à 10 à l’heure», précise Maxime Tantalo, l’un des copropriétaires d’Avantage CPO. Il est associé à Martin Touchette. Tous deux sont pharmaciens propriétaires de la pharmacie Proxim sise au 1025, montée Masson à Mascouche.

Pallier le manque de main-d’œuvre

«Nous ne préparons pas les ordonnances pour les particuliers, ajoute Maxime Tantalo. Nous offrons ce service uniquement pour d’autres pharmacies et seulement pour des piluliers. Il y a trois autres entreprises comme nous au Québec. Je peux vous dire que nous répondons à un besoin urgent, notamment en raison de la pénurie de la main-d’œuvre dans le domaine pharmaceutique. Le deuxième facteur est relié à la sécurité. Les erreurs sont pratiquement inexistantes. Cependant, le plus grand effet que nos clients nous rapportent se remarque dans le service à la clientèle. Les aides-techniciens affectés auparavant aux piluliers peuvent maintenant être affectés à d’autres tâches à valeur ajoutée, libérant à leur tour le pharmacien qui pourra se concentrer lui-même sur d’autres tâches», explique le pharmacien.

«Aucun employé n’a perdu son emploi, insiste-t-il. De toute façon, en pharmacie, nous aurons toujours besoin de l’apport humain. Et d’ailleurs, pour faire fonctionner le robot, nous avons tout de même besoin de six employés qui y sont affectés, à l’opération ou à la vérification. Pour nous, ça a créé des emplois.»

L’entreprise a même prévu l’implantation d’une deuxième machine d’ici un an. «Au début, nous avions un objectif de 6 clients avant la fin de l’année 2019. Nous en avons maintenant 10. Dans la préparation de notre local, nous avons déjà un espace prêt à recevoir la deuxième machine», conclut le pharmacien.

Pour en savoir davantage sur cette entreprise, il suffit de visiter le https://avantagecpo.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar