Un surplus net de 8,5 M$ à Terrebonne

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Un surplus net de 8,5 M$ à Terrebonne
La Ville de Terrebonne annonce un surplus net de 8,5 M$ pour l'année 2019. (Photo : archives)

RÉSULTATS FINANCIERS 2019

Des revenus plus grands que prévus en droits de mutation (taxe de bienvenue) et en placements, ainsi qu’une rémunération et des frais de financement moindres qu’anticipés permettent à la Ville de Terrebonne de dégager un surplus net de 8,5 M$ pour l’année 2019.

C’est ce qui ressort des états financiers non consolidés 2019 présentés par la Ville de Terrebonne en visioconférence de presse, le 8 mai, et déposés en séance du conseil municipal trois jours plus tard.

Si le maire Marc-André Plante se réjouit de ces résultats qui démontrent que « la Ville affiche une bonne santé financière », il ajoute du même souffle que cela permet « d’envisager les prochains mois avec une relative flexibilité », en insistant sur le mot relative.

Pour expliquer ce surplus, la Ville affirme avoir encaissé 2,5 M$ de plus que prévu en droits de mutation ainsi qu’un peu plus de 1,25 M$ en revenus de placement, en plus de recevoir une ristourne de 890 000 $ de la part de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) pour l’année 2018.

Par ailleurs, les frais de financement ont été moindres qu’anticipés de 1,74 M$ et la Ville a aussi économisé 2,13 M$ en salaires.

À ce sujet, le directeur général Alain Marcoux précise que cette économie est attribuable à des employés absents pour maladie de longue durée qui n’ont pas été remplacés, à de la dotation de personnel plus lente et aux jours de grève des cols bleus.

Le maire indique que le surplus généré pourrait servir entre autres « à doter deux nouvelles réserves, à savoir le Fonds pour les opérations de déneigement et le Fonds de prévoyance ».

Prudence de mise

Le maire a toutefois insisté pour dire que la prudence est de mise, surtout en raison de la conjoncture actuelle. « La propagation de la COVID-19 entraînera assurément la baisse de certains revenus et la hausse de certaines dépenses », a indiqué M. Plante.

« Jusqu’à maintenant, ça n’affecte pas l’équilibre budgétaire pour 2020 », ajoute M. Marcoux. À condition que les factures des déficits projetés des sociétés de transport ne soient pas refilées aux villes. Le cas échéant, la Ville pourrait devoir piger jusqu’à 4 M$ dans ses minces réserves pour maintenir l’équilibre.

« Une gestion électoraliste »

Mouvement Terrebonne a réagi à l’annonce. « Il y a clairement eu un trop-perçu, a déclaré le conseiller de l’opposition Marc-André Michaud. Ça prouve que notre proposition de gel de taxes pour l’année 2020 était réaliste. »

« C’est une gestion électoraliste du budget de la Ville, ajoute-t-il. On a un maire qui a promis du changement, mais qui utilise une vieille stratégie politique de couper dans les services et de hausser les taxes pendant trois ans. On s’attend à un réinvestissement massif en 2021, en année d’élections. »

« La Ville n’est pas une entreprise privée qui doit faire des surplus. Elle a une vocation sociale. C’est l’argent des citoyens que l’on gère », conclut le conseiller municipal.

En citant les documents budgétaires détaillés produits en décembre 2019, Mouvement Terrebonne souligne aussi que la Ville a perçu 5 027 127 $ de plus en 2019 qu’en 2018. De plus, elle prévoit collecter 10 841 500 $ en 2020, par rapport à 2019.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar