Un Terrebonnien parmi les champions

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Un Terrebonnien parmi les champions
Thomas Ndong a commencé à jouer au basketball à la maternelle et il y évolue depuis ce temps. Il fait maintenant partie des champions nationaux des U15. (Photo : courtoisie)

Les équipes du Québec U15 et U17 masculines et féminines de basketball disputaient récemment le championnat national 2019 à Fredericton, Nouveau-Brunswick, pour les garçons et à Victoria, Colombie-Britannique, pour les filles. Pour la première fois de l’histoire de Basketball Québec, les quatre équipes qui représentaient la fédération ont été sacrées championnes nationales.

Parmi les jeunes basketteurs champions se trouve un Terrebonnien, Thomas Ndong, âgé de 15 ans, et qui a fait partie de l’équipe masculine U15. Il s’agissait pour lui d’une première présence aux championnats provinciaux avec l’équipe du Québec. Au terme du tournoi national, Thomas a été reconnu comme faisant partie des 10 meilleurs talents canadiens de son âge.

Le basket : une passion

Il joue au basketball depuis qu’il est à la maternelle. «C’est un professeur d’éducation physique de l’école primaire du Vieux-Chêne, Pierre Traversy, qui m’a invité à y jouer. Je ne faisais que pratiquer, car je n’avais pas l’âge pour jouer pendant la saison.»

Déjà, il était le plus grand de sa classe. Thomas n’a jamais arrêté de jouer. Il a suivi la trace de ses parents, qui ont longtemps pratiqué le basketball.

Aujourd’hui, Thomas est toujours le plus grand. Il mesure un peu plus de 6 pieds 8 pouces, la moyenne des joueurs professionnels. Le basket, c’est une passion. En d’autres termes, il en mange.

En saison régulière, il fait partie de l’équipe de basketball de l’école secondaire Félix-Leclerc, à Repentigny. Il est l’un des meilleurs joueurs de son équipe. Il s’entraîne au moins une quinzaine d’heures par semaine, en plus des matchs à jouer en soirée et le week-end.

Un diplôme à court terme

Thomas pense à la NCAA depuis longtemps. En fait, depuis qu’il est au secondaire. Il a le talent et il a les notes. Il songe aussi à la NBA.

Par contre, il sait le chemin qu’il lui reste à parcourir avant d’y arriver.

À court terme, il sera toujours un joueur important pour son école, pour l’équipe de basketball du Québec et, peut-être dans un futur rapproché, pour l’équipe nationale. Mais surtout, Thomas souhaite être diplômé avant tout, question d’avoir un plan B.

Il est aussi conscient qu’il a des «croûtes à manger». «J’arrive d’un camp d’excellence AAA et je me suis mesuré à des joueurs plus vieux. Il y a vraiment une bonne différence. Les joueurs sont plus gros et plus forts. Je sais que j’ai encore beaucoup de choses à accomplir.»

Sur le plan technique, l’adolescent doit améliorer la constance et la précision de ses tirs, de même que ses tirs de trois points. «En défensive, je dois être plus rapide, avoir un meilleur temps de réaction», admet-il.

Pour l’instant, il tentera d’être sélectionné pour l’équipe juvénile AAA de son école et de faire partie de la formation U17 du Québec. Quant à l’équipe canadienne, «beaucoup de choses peuvent arriver avant», mentionne-t-il avec sagesse.

Il est vrai que Thomas a beaucoup de talent, mais il sait reconnaître l’aide et le soutien qu’il a reçus depuis ses débuts.

«Mes parents m’ont toujours suivi et soutenu. Il y a aussi des entraîneurs qui ont cru en moi : Alejandro Hasbamni et Dan Martin de Basketball Québec, ainsi que Keder Hyppolite et Michel Péloquin de Félix-Leclerc, mes coachs qui me suivent depuis le début du secondaire. Et M. Pierre Traversy, qui n’a pas hésité à m’initier au basketball», conclut le jeune athlète.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar