Une amélioration qui satisfait la CSDA

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Une amélioration qui satisfait la CSDA
L’Institut Fraser a rendu public le palmarès des 68 commissions scolaires francophones et anglophones du Québec pour une deuxième année. La CSDA améliore sa cote, qui passe de 5,6 à 5,7. (Photo : archives)

Après le palmarès des écoles secondaires publié plus tôt cet automne, l’Institut Fraser rend maintenant public le palmarès des 68 commissions scolaires francophones et anglophones du Québec pour une deuxième année.

Le palmarès des commissions scolaires a été réalisé en fonction de la moyenne des cotes globales obtenues par leurs écoles lors du palmarès des écoles secondaires.

Rappelons que cette cote globale était basée en bonne partie sur les examens ministériels de 4e et 5e secondaire, ainsi que sur l’écart entre les gars et les filles et la proportion d’élèves qui accusent un retard dans leur parcours scolaire.

Cotes à la hausse

Les cotes ainsi attribuées aux commissions scolaires vont de 2,9 à 6,9. Vingt-cinq ont obtenu une cote de 5,7 et plus.

On y retrouve la Commission scolaire des Affluents (CSDA), qui a obtenu une cote de 5,7, terminant au 10e rang. L’an dernier, elle avait obtenu la cote de 5,6 et le 12e rang. À noter également la cote de 5,8 de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles.

Des 25 commissions scolaires les mieux cotées cette année, seule Marguerite-Bourgeoys à Montréal compte plus d’écoles secondaires (13) que la CSDA et la CSSMI (11). En effet, on compte sept écoles secondaires ou moins dans toutes les autres commissions.

Travail de collaboration

«L’amélioration du taux de réussite de nos élèves est le fruit d’un travail de collaboration entre les différents intervenants qui sont impliqués dans l’offre de services aux élèves. Avec la mise en place d’équipes multidisciplinaires (psychologues, psychoéducateurs, orthopédagogues, etc.) ainsi qu’avec les équipes du personnel de soutien, le déploiement de notre offre de services est plus efficace, et ce, sur le plan autant quantitatif que qualitatif. De plus, nos interventions précoces et ciblées nous permettent de répondre aux besoins spécifiques de nos élèves», a souligné Mme Isabelle Gélinas, directrice générale de la Commission scolaire des Affluents.

Formation adaptée

«Il est également important de souligner, a-t-elle ajouté, que les formations qui sont offertes aux enseignants sont axées sur la recherche et les études probantes qui ont permis de démontrer l’efficacité des différentes approches que nous mettons en place dans nos classes.»

La question sera maintenant de savoir quelles seront les conséquences de l’application du taux unique de taxation scolaire sur le financement du système éducatif.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar