« Une atteinte à l’autonomie des enseignants » dit le SERM

« Une atteinte à l’autonomie des enseignants » dit le SERM
Le Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins (SERM) réitère son mécontentement face au contenu du projet de loi 40.

PROJET DE LOI 40 SUR LA GOUVERNANCE DES COMMISSIONS SCOLAIRES

En réaction au projet de loi 40 sur la gouvernance des commissions scolaires et à l’aube de son étude à l’Assemblée nationale, le Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins (SERM) réitère son mécontentement face à son contenu.

Le syndicat juge que le projet de loi «déconsidère ouvertement les enseignantes et enseignants en réduisant leur espace décisionnel, en amoindrissant la portée de leur jugement professionnel et de leur autonomie, et en essayant de leur imposer sournoisement et à la pièce des éléments d’un ordre professionnel», soutient le SERM.

«Depuis des années, nous travaillons à valoriser la profession enseignante. Nous souhaitons redevenir maîtres de notre profession, puisque nos droits se sont érodés au fil des réorganisations du réseau, des compressions et de la gestion axée sur les résultats. Si ce projet de loi voulait nous valoriser, il rate complètement sa cible. Il dilue nos droits et tente de faire des enseignants des exécutants et des pantins qui ont de moins en moins de prises pour exercer leur jugement professionnel», a fait savoir Jean-Louis Bray, président du SERM.

Le SERM représente près de 4 000 membres de la Commission scolaire des Affluents. Il compte parmi ses membres du personnel enseignant de tous les niveaux et secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes. Il est affilié à la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). (GF)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar