Une autre façon de parler

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Une autre façon de parler
C’est avec une voix placée au premier plan que le chanteur se fait entendre sur ce 5e opus solo. (Photo : Cindy Boyce)

Huit ans se sont écoulés depuis la parution de ce qui était alors le dernier album de Marc Déry, Numéro 4. Huit années pendant lesquelles il a entre autres voyagé et fait le plein d’expérience. Au retour de cette «cavale aérienne», pour reprendre ses termes, l’auteur-compositeur-interprète s’est ancré les pieds au sol pour créer Atterrissage.

Ce nouvel album paru le 20 septembre est en quelque sorte une surprise dans la carrière solo de l’artiste. «Je pensais que je n’avais plus rien à dire d’autre, que j’avais tout dit dans mes albums précédents. Les gens avaient juste à les acheter pour m’entendre, ce n’est pas comme s’ils s’étaient survendus», lance-t-il à la blague.

Puis, il a chanté avec Jean-Philippe Tremblay, de Québec Redneck Bluegrass Project, et ils parlaient de tout ça quand ce dernier lui est arrivé avec une chanson, Miss Météo, le premier extrait d’Atterrissage. «Il m’a dit qu’il avait composé une chanson comme s’il était Marc Déry», raconte le principal intéressé, qui a décidé de la produire. «Et j’y ai pris goût», résume-t-il.

«J’ai vu que ce n’est pas parce qu’on a tout dit qu’il faut arrêter de parler. Il y a d’autres façons de dire les choses», ajoute le créateur, qui parle donc sous un nouvel angle de coup de foudre, de trahison amoureuse, de conformisme à outrance, de la course à la performance et des dérives de la surconsommation.

C’est avec une voix placée au premier plan que le chanteur se fait entendre sur ce 5e opus solo. «Tout le monde me dit que ma voix a changé, qu’elle est plus organique», évoque-t-il sans pouvoir le confirmer. «Je pense que c’est dû au fait que j’ai préconisé la vérité plutôt que la perfection. J’aimais mieux garder les prises où l’émotion était vraie, même si ma voix n’était pas parfaite», fait savoir l’homme qui admet que cette authenticité est plus facile à atteindre après 20 ans de carrière.

«Tu as moins peur. Tu n’as pas la crainte de ce dont tu vas avoir l’air», soutient-il.

Expérimentations musicales

Musicalement, on reconnaît dans cette création coréalisée par Marc Déry et Pierre-Luc Cérat des accents pop, rock, électro et reggae mis de l’avant par une expérimentation sonore composée d’échantillonnages «tripatifs» et des orchestrations à vapeur. En mots clairs : «C’est un trip de DJ, illustre en riant le compositeur. Ce sont des sons qui ne proviennent pas d’instruments de musique. Par exemple, j’ai isolé des passages de cordes d’un vieux disque classique. Je fais des [expérimentations comme ça] depuis mon premier album solo. Ça s’apparente à de la musique électro. J’ai beaucoup de plaisir.»

Ce plaisir se transporte maintenant sur la scène, alors qu’il entreprend avec quatre musiciens une tournée québécoise, laquelle s’arrêtera à Terrebonne, la ville qui l’a vu grandir. Il jouera en effet le 2 novembre au Théâtre du Vieux-Terrebonne, près du «lac aux canards», comme il s’amusait à l’appeler à l’époque où il allait à l’école Armand-Corbeil.

Son premier album éponyme a d’ailleurs été enregistré près de là. Des histoires qu’il sera peut-être possible d’entendre lors de son passage au TVT.

***

Pour assister au spectacle que Marc Déry présentera au Théâtre du Vieux-Terrebonne le 2 novembre à 20 h, procurez-vous des billets au 450 492-4777 ou en visitant le www.theatreduvieuxterrebonne.com.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar