Une cuisine communautaire renouvelée

Par Stéphane Fortier
Une cuisine communautaire renouvelée
Le groupe des 27 entrepreneurs de l’École d’Entrepreneuship de Beauce, cohorte C-17.

GRÂCE À L’ÉCOLE D’ENTREPRENEUSHIP DE BEAUCE

La maison de la famille Parenfants de Mascouche pourra servir un plus grand nombre de familles avec une cuisine communautaire améliorée grâce à un groupe de 27 entrepreneurs qui ont le cœur sur la main.

L’École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB), particulièrement la cohorte C-17, a répondu favorablement au projet de Parenfants, un organisme communautaire voué aux familles de la région, de donner une cure de jeunesse à sa cuisine collective. Les 27 entrepreneurs provenant d’un peu partout au Québec (Saguenay, Québec, Beauce, Montréal, Joliette, Mascouche, etc.) ont donc décidé de relever le défi d’offrir une cuisine adaptée, pouvant accueillir plus de participants et ainsi répondre aux besoins grandissants de la communauté.

Le tout avait commencé avec un appel d’offres lancé par l’EEB et destiné aux organismes pour les aider dans leur mission. « À la base, l’idée première est de permettre aux entrepreneurs de devenir de bons citoyens corporatifs, en plus d’être de meilleurs gestionnaires », mentionne d’entrée de jeu Gabriel Dutil, président du Défi communautaire de l’EEB. « À la suite de l’appel d’offres, nous avons reçu une cinquantaine de projets et nous avons finalement opté pour celui de Parenfants parce qu’il répondait le mieux à l’objectif de donner au suivant », ajoute-t-il.« Actuellement, nous répondons aux besoins de 175 personnes et notre cuisine n’est plus adéquate à cause des besoins qui augmentent sans cesse, mais avec l’aide de l’EEB, nous pourrons augmenter considérablement notre offre de services en matière de cuisine collective. Cela fera une très grande différence dans la vie des gens », nous dit Josée Noury, directrice générale de Parenfants de Mascouche.

Première et deuxième étape

Cette année, l’objectif consiste à aller chercher une somme de 250 000 $. « Il est important de préciser qu’aucune somme d’argent ne nous est remise; le tout se traduit en temps-horaire et en matériel », rappelle Josée Noury. « Les 27 entrepreneurs mettent la main à la pâte », renchérit Gabriel Dutil.

Pour atteindre la somme de 250 000 $ requise, une première activité de financement prenait la forme d’un souper spaghetti à Mascouche, le 7 mars, au cours duquel se déroulait aussi un encan silencieux (qui se poursuivra sur le web par la suite), un encan crié par le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, et une vente de billets, notamment pour un boot camp. Un spectacle musical Rock’ N Time suivra le 9 juin au Théâtre du Vieux-Terrebonne. « Au total, la soirée aura permis d’amasser 26 447 $, ce qui fait que jusqu’à présent, 100 000 $ ont été accumulés pour la cuisine renouvelée », révèle Josée Noury.

« Après avoir réalisé la première étape, dans un deuxième temps, la 17e cohorte continuera de suivre l’organisme, histoire d’assurer sa pérennité », indique Gabriel Dutil en conclusion.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar