Une exposition d’art vaudou dans le Vieux-Terrebonne

Par Karine Audet
Une exposition d’art vaudou dans le Vieux-Terrebonne
Levoy Exil a offert l’une de ses œuvres, Colomba, à l’équipe de la SODECT en guise de reconnaissance. (Photo : Karine Audet)

Le vernissage de l’exposition Levoy Exil – peintre soleil se tenait à la Maison Bélisle le 4 octobre. On y présente des œuvres exclusives du peintre haïtien Levoy Exil. Retenu par une crise dans son pays, ce dernier ne pouvait pas être présent à l’événement, mais il y était en pensée.

Membre fondateur du mouvement Saint-Soleil, constitué de la première communauté artistique rurale en Haïti, Levoy Exil expose ses toiles pour la première fois au Québec. Né en 1973 à Soisson-la-Montagne, ce mouvement propose un art d’inspiration spirituelle privilégiant l’intuition en guise de méthode de travail.

Levoy Exil présente des œuvres à l’acrylique qui mettent en lumière l’art vaudou. En mode création, il prend contact avec le surnaturel et ce sont les esprits qui guident ses mains et non la raison. «L’objectif est de faire découvrir Haïti autrement, de montrer la richesse et le foisonnement culturel dans un pays où les problèmes politiques étouffent», explique Sandra Fourcand, des communications Karayib, qui représente l’artiste.

De gauche à droite, Louise Martin, directrice générale et artistique de la SODECT, François Vallée, coordonnateur musées et patrimoine, Nathalie Ricard, présidente de la Commission de la culture, du patrimoine et du tourisme de Terrebonne, Sandra Fourcand, des Communications Karayib, Brigitte Villeneuve et Simon Paquin, conseillers municipaux de Terrebonne, ainsi qu’Érika Palmer, directrice de la programmation et de la diffusion à la SODECT. (Photo : Karine Audet)

S’ouvrir à la culture haïtienne

Les toiles dévoilent des formes et des visages qui n’appartiendraient pas au monde visible. «Levoy s’inspire de l’art vaudou, mais aussi des premiers habitants de l’île, qui étaient principalement des Taïnos et des Caraïbes. On voit la référence à ce monde qui a existé à travers les peintures, par les expressions des visages. C’est rempli de mythologie et de spiritualité. C’est un art qui va chercher dans les entrailles de la culture haïtienne», ajoute Mme Fourcand.

Le peintre haïtien a exposé ses œuvres à travers 57 pays. «Nous sommes fiers d’accueillir Levoy Exil à Terrebonne. Il s’agit de sa première exposition au Québec et nous sommes privilégiés d’exposer ses œuvres à la Maison Bélisle. Il s’agit d’une fenêtre incomparable pour démystifier l’art vaudou et découvrir un artiste international», affirme Louise Martin, directrice générale et artistique de la SODECT.

L’artiste a offert une de ses œuvres, intitulée Colomba, à l’équipe de la SODECT en guise de reconnaissance. Marie-Ève Valiquette, agente de projets en muséologie, assurait le montage ainsi que la scénographie de l’exposition Levoy Exil – peintre soleil. Celle-ci sera présentée à la Maison Bélisle jusqu’au 2 février, les jeudis et vendredis de 13 h à 19 h et les samedis et dimanches de 11 h à 17 h (contribution volontaire).

Partager cet article

1
Commentez l'article

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Marie Thérèse Roumer Auteurs de commentaires récents
Marie Thérèse Roumer
Invité
Marie Thérèse Roumer

Genial