Une fin d’année scolaire bien différente

Par Renée-Claude Doucet
Une fin d’année scolaire bien différente
Les enseignantes Céline Beaulieu et Danièle Guadagno tournent la page sur leur carrière avec le sentiment du devoir accompli. (Photo : Hebdo Rive Nord – Renée-Claude Doucet)

UNE NOUVELLE ÈRE D’ENSEIGNEMENT SE PRÉPARE

Cette année, les sorties spéciales, les soirées de finissants et les spectacles de fin d’étape ont laissé place à des rencontres en visioconférence pour bien des élèves et des enseignants. La fin des classes a été nettement différente de celles auxquelles les jeunes ont été habitués et l’émotion était au rendez-vous, autant du côté des enfants que de celui des professeurs.

À l’école primaire de la Seigneurie, à Mascouche, deux enseignantes qui prennent leur retraite cette année ont été appelées à tourner la page abruptement, et ce, bien malgré elles. « Je sais que c’est difficile pour elles de boucler la boucle ainsi », partage Chantale Allaire, directrice de l’école.

C’est néanmoins avec le sentiment du devoir accompli et de précieux souvenirs à chérir que Danièle Guadagno et Céline Beaulieu ont dit au revoir à leurs petits amours de 1re année. Les dernières semaines ont été exigeantes, mais les deux ont su relever le défi.

« Les pas de géants que plusieurs d’entre nous avons faits : apprendre à se filmer, à faire des vidéos, à envoyer le tout à nos élèves… », raconte Mme Danièle.

« On a commencé à préparer nos documents avec des stencils et une machine à l’alcool qu’on tourne à la main… Maintenant, on fait des vidéoconférences », renchérit Mme Céline.

La technologie s’ajoute ainsi aux méthodes d’enseignement traditionnelles pour proposer une nouvelle façon d’apprendre aux jeunes. Les enseignantes soulignent qu’avec les mesures de distanciation qui devront être maintenues lors du retour en classe en septembre, l’enseignement en personne reprendra des couleurs d’il y a 30 ans.

« Nous, nous ne serons plus là, mais les façons de faire et les stratégies seront revues par nos collègues. L’enseignement sera plus traditionnel, plus encadré », explique Mme Céline en précisant que les enfants ne pourront pas circuler dans la classe comme avant ou encore s’échanger du matériel.

Sur le plan humain, Mme Danièle et Mme Céline confient avoir grandi. Elles retiendront de leur dernière fin d’année l’entraide et la camaraderie qui se sont installées entre tous les membres du personnel de leur école.

Place à l’innovation

Le son de cloche est le même à l’école primaire de la Paix, à Repentigny, alors que la direction, les enseignants et tous les professionnels ont mis la main à la pâte afin d’assurer le suivi auprès des élèves et préparer le retour en classe des jeunes.

« Tout le monde s’est impliqué pour bonifier les trousses d’enseignement dédiées aux élèves; les enseignants s’organisaient des rencontres par niveau par eux-mêmes. Nous sommes fiers de leur mobilisation. Même le personnel du service de garde nous a aidés », confie le directeur, Patrick Gagnon.

Accueillant les classes d’adaptation scolaire, composées notamment d’élèves présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), l’école de la Paix a dû mettre les bouchées doubles pour assurer la sécurité des jeunes lors de leur retour en classe.

« C’est un grand défi d’adaptation, mais de belles innovations sont ressorties de cette situation », souligne Mylène Payette, directrice adjointe.

À titre d’exemples, on a procédé à l’affichage de panneaux indicatifs, la circulation dans les corridors a été repensée et les classes ont été dépouillées de tout le matériel inutile. Désormais, chaque enfant aura un espace défini, avec du matériel personnalisé.

« Nous aurions été prêts à accueillir les élèves en mai », révèle M. Gagnon. L’équipe sera donc d’autant plus préparée lors de la rentrée en septembre, visières et blouses de protection en banque.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar