Une MRC sans frontières pour un nouvel horizon

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Une MRC sans frontières pour un nouvel horizon
Par le regroupement de tous ses services, la MRC Les Moulins s’est donné le moyen de ses ambitions, de souligner Marc-André Plante, préfet suppléant et maire de Terrebonne, et Guillaume Tremblay, préfet de la MRC et maire de Mascouche.

Le terme « MRC 3.0 » avait été évoqué par les maires de Mascouche et de Terrebonne au moment où on rapatriait le Centre de développement économique des Moulins (CLDEM) et Tourisme des Moulins au sein de la MRC Les Moulins. Force est d’admettre que l’image qui se voulait anecdotique au départ est devenue porteuse de sens, alors que les trois entités célèbrent aujourd’hui un an d’unification.

En plus de faire référence aux trois entités désormais regroupées, le vocable « 3.0 » signifiait une nouvelle ère en matière de gouvernance. À la suite du projet de loi 28 abolissant notamment les conférences régionales des élus et les centres locaux de développement, les élus ont choisi, plutôt que de faire table rase des structures qui avaient été mises en place et qui entretenaient un excellent lien avec les entreprises qu’elles desservaient, de réunir l’expertise acquise au fil des ans sous un même toit. Les services de développement économique et de tourisme ont donc emménagé dans les locaux de la MRC, et leurs conseils d’administration respectifs se sont transformés en comité consultatif.

Le 4 septembre se voulait le premier anniversaire de cette nouvelle MRC 3.0, à laquelle s’arriment évidemment d’autres volets, dont l’aménagement du territoire, l’environnement, le développement social et communautaire ainsi que l’immigration. L’intégration de tous ces pôles s’est faite en harmonie et en respect de ce qui avait été imaginé dès février 2018, aux dires du directeur général et secrétaire-trésorier de la MRC Les Moulins, Claude Robichaud.

« Les activités se sont poursuivies sans discontinuité, se réjouit-il. Nous ne voulions pas que la clientèle sente une baisse de régime ou un abandon de certaines activités. Bien que nous n’ayons plus de membres payants parce que ce n’était pas compatible avec nos statuts, nous avons pu maintenir nos liens avec notre clientèle. Notre bilan se révèle très bon sur ce plan. »

Meilleur partage d’informations

Cette approche qui a permis de conserver la prestation de services est un atout majeur pour les élus, lesquels sont désormais davantage en mesure de s’approprier les leviers du développement local. Il s’agissait là d’un des enjeux importants ayant mené à l’élaboration de la fameuse MRC 3.0.

« Que ce soit lors de séances de travail ou de rencontres publiques, nous avons maintenant accès à toutes les données, sur le plan tant touristique qu’économique. De cette façon, nous avons tous les outils en main pour prendre les meilleures décisions pour l’ensemble des citoyens », de confirmer le préfet de la MRC Les Moulins et maire de Mascouche, Guillaume Tremblay.

Et cela vaut également pour les employés des deux municipalités et ceux de la MRC, qui bénéficient eux aussi de ce « canal plus direct », comme le décrit M. Robichaud. « La mise en place des comités consultatifs auxquels siègent des élus, des membres de l’équipe et des citoyens, et la présentation de rapports au conseil de la MRC facilitent le partage des informations sur les enjeux et le développement », soulève-t-il.

« Cette nouvelle dynamique ne crée pas de distinction entre les élus et les membres de la société civile. L’objectif est d’atteindre un consensus, tout le monde sur un même pied d’égalité. Nous avons été témoins d’une belle transition vers la démocratie participative », confirme le préfet suppléant et maire de Terrebonne, Marc-André Plante, pour qui le mot « cohésion » résume bien la dernière année au sein de la MRC.

Croissance et développement

Se dotant d’une meilleure vision globale, laquelle sera renforcée par le déploiement d’un futur plan stratégique au cours de l’année 2020, la MRC Les Moulins se donne les moyens de ses ambitions. « Parmi les plus grandes richesses dont nous disposons, nous avons le potentiel de développement en espace et la démographie. Il y a du monde chez nous, de plus en plus de monde, et c’est une force, rappelle le directeur. Le mot « décroissance » ne fait pas partie de notre vocabulaire. Nous sommes définitivement en mode croissance et développement. Du développement certes, mais pas à n’importe quel prix. La réunion de tous nos volets trouve tout son sens présentement. »

Pour M. Plante, cette unification des services retire par ailleurs les frontières qui pouvaient créer une certaine limite entre Terrebonne et Mascouche. « Nous réalisons un travail encore plus commun et régional », résume-t-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar