Une MRC unifiée pour optimiser le développement local

Photo de Véronick Talbot
Par Véronick Talbot
Une MRC unifiée pour optimiser le développement local
Guillaume Tremblay, préfet de la MRC Les Moulins et maire de Mascouche, ainsi que Marc-André Plante, préfet suppléant de la MRC Les Moulins et maire de Terrebonne, espèrent que cette transformation saura aussi intéresser davantage les citoyens aux dossiers de leur MRC.

En prenant la décision de rapatrier Tourisme des Moulins et le Centre local de développement économique des Moulins (CLDEM) au sein de la MRC, les villes de Terrebonne et de Mascouche ont voulu créer une meilleure synergie permettant d’optimiser le développement sur leur territoire. À bord de cette nouvelle « MRC 3.0 », les intervenants des sphères politique, économique, touristique et sociale peuvent désormais se projeter dans une vision commune, sans pour autant s’éloigner des entreprises et des citoyens qu’ils souhaitent servir.

C’était d’ailleurs l’un des enjeux les plus importants de cette grande restructuration : permettre aux élus de s’approprier les leviers du développement local sans toutefois affecter la prestation de services qu’assuraient Tourisme des Moulins et le CLDEM auprès de leur clientèle respective.

« Bien que nous travaillions déjà en étroite collaboration avec ces organismes, nos forces économiques étaient jusqu’alors mises à profit de façon subdivisée, indique Marc-André Plante, préfet suppléant de la MRC Les Moulins et maire de Terrebonne. Nous en sommes donc venus à la conclusion qu’il fallait mieux coordonner nos positions, nos décisions et nos actions, d’où la nécessité de transformer la gouvernance de notre MRC pour favoriser cette synergie. Ces changements viennent consolider la MRC, dans la foulée du projet de loi 28, tout en conservant la même offre de services de qualité de Tourisme des Moulins et du CLDEM. »

Rappelons qu’à la suite de l’adoption du projet de loi 28, abolissant notamment les conférences régionales des élus et les centres locaux de développement économique, Tourisme des Moulins et le CLDEM devaient déjà se rapporter à la MRC Les Moulins. « Ce grand changement s’inscrit donc dans un esprit de continuité, poursuit Claude Robichaud, anciennement directeur général du CLDEM et maintenant coordonnateur stratégique au développement économique et touristique de la MRC Les Moulins. À cet effet, il faut saluer la façon dont les villes de Terrebonne et de Mascouche ont mis en place les paramètres initiaux de cette nouvelle gouvernance, en collaboration avec tous les acteurs concernés. »

De la parole aux actes

La MRC Les Moulins a franchi une étape importante dans cette municipalisation de ses instances, le 4 septembre, alors que les équipes de Tourisme des Moulins et du CLDEM ont emménagé dans ses bureaux. Ensemble, ils forment le nouveau service de développement économique et touristique de la MRC Les Moulins. « Nous avons passé de la parole aux actes. Nous sommes maintenant mieux outillés afin de pouvoir assumer pleinement le mandat de développement économique et touristique qui s’insère dans la nouvelle mission confiée aux MRC par le gouvernement du Québec, se réjouit Guillaume Tremblay, préfet de la MRC Les Moulins et maire de Mascouche. Et cet automne, nous créerons un poste d’agent dédié au développement social et communautaire sur le territoire, qui viendra s’arrimer aux éléments déjà en place. Avec nos fonds qui s’adressent notamment aux organismes, il s’agira assurément d’un poste clé. »

Si on ne souhaite pas évacuer la sphère sociale du processus, il en va de même de la participation de la communauté, qui était marquée dans les conseils d’administration de Tourisme des Moulins et du CLDEM. On promet effectivement que les acteurs du milieu seront partie prenante des décisions et orientations adoptées pour le développement du territoire, notamment à travers la création de trois comités, dont la forme exacte reste encore à être déterminée. Un premier est dédié à l’aménagement du territoire et au transport; un deuxième au développement économique et touristique; et un troisième au développement social et communautaire ainsi qu’à l’immigration.

« On veut prendre la prochaine année pour élaborer ensemble un plan stratégique qui va porter sur tous les aspects qu’englobe la MRC, avec une attention plus particulière au développement économique. On a une très bonne base, mais on souhaite se donner les moyens de se projeter sur une décennie », précise Marc-André Plante.

L’autonomie en emploi

Déjà, la MRC Les Moulins jouit d’une effervescence économique qui se distingue tant sur l’échiquier métropolitain qu’à la grandeur du Québec. Il n’en demeure pas moins que plusieurs enjeux doivent être pris en considération par les acteurs du milieu afin de maintenir cette cadence et même d’exploiter encore plus le potentiel du territoire moulinois. L’un de ces enjeux réside dans l’autonomie en emploi par l’implantation d’un plus grand nombre d’entreprises offrant des postes qualifiés, notamment dans des secteurs d’avenir.

« Terrebonne et Mascouche n’ont jamais été en compétition, mais n’ont pas toujours su travailler en parfaite collaboration non plus. Pourtant, nos espaces disponibles n’ont pas la même vocation et il y a donc matière à unir nos forces et à travailler en complémentarité. En étant tous réunis au même endroit, nous allons maintenant ramer dans la même direction afin d’attirer plus d’entreprises dans nos parcs et d’offrir davantage d’emplois de qualité à même la MRC Les Moulins », prévoit M. Tremblay. « Il y a aussi tout un défi d’accueil et de rétention de la main-d’œuvre. Plusieurs entrepreneurs nous disent vouloir prendre de l’expansion, mais n’ont pas les ressources nécessaires pour le faire », renchérit M. Plante.

« Nous avons également des préoccupations en matière de transport. Parce que faire du développement économique sans fluidité sur le plan du transport, tant pour les marchandises que pour les individus, c’est comme une œuvre inachevée », ajoute Claude Robichaud, heureux de constater que les élus sont sur la même page que les acteurs du développement économique et touristique qui les entourent. « Nous sommes encore davantage dans l’organisation de nos ressources que dans l’élaboration de notre planification stratégique, mais jusqu’à présent, la synergie espérée par les villes de Terrebonne et de Mascouche est au rendez-vous, alors que notre vision est assez cohérente face aux enjeux qui touchent la MRC », conclut-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar