Une rencontre heureuse

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Une rencontre heureuse
Jordan Dépatie et Matisse Majeau, animateurs de la conférence, ainsi qu’Isabelle St-Pierre, enseignante de français et une des organisatrices, entourent Kim Thúy.

KIM THÚY AU COLLÈGE SAINT-SACREMENT

Les étudiants de 4e secondaire du Collège Saint-Sacrement recevaient une invitée de marque le 6 décembre, l’auteure Kim Thúy. Pendant plus d’une heure, elle a répondu généreusement aux questions que les étudiants avaient préparées.

La rencontre s’est tenue à l’occasion de leur cours de français, dans lequel les étudiants avaient à lire le premier roman de Kim Thúy, Ru.

Les boat people

Elle a parlé de ses plus beaux souvenirs ainsi que de ses plus dramatiques, notamment lorsqu’elle était sur le bateau de boat people (réfugiés de la mer) qui la menait du Vietnam jusqu’au Canada. «Nous étions 218 sur un bateau de 10 mètres de long. C’était petit, c’est vrai, mais c’était notre seule issue», a-t-elle précisé.

Kim Thúy est arrivée au Québec avec ses parents le 27 mars 1979. Elle avait 10 ans. «Tout le monde était des géants pour moi. Aux premiers regards des autres, je me suis sentie belle. C’était comme une deuxième naissance. Je suis tout de suite tombée en amour avec les gens que je rencontrais. Notre famille n’a rien apporté. Nous n’avions que l’espoir de vivre dans nos bagages.»

Elle a aussi parlé de son grand amour pour les mots, de sa rencontre avec Julie Payette et de ses rêves.

Le bonheur facile

Très souvent, Kim Thúy livrait son aventure avec humour et toujours avec un sourire contagieux qui provoque l’écoute attentive. Elle semble avoir le bonheur facile. «C’est grâce à mon père», dit-elle.

«Où nous nous sommes installés, un emploi a été créé juste pour faire travailler mon père. Il n’a jamais arrêté de dire la chance que l’on avait et que l’on devait toujours apprécier ce que l’on avait», raconte l’auteure.

Pour Kim Thúy, les moments de beauté se révèlent chaque jour. Et à voir les étudiants aller vers elle après la conférence, on peut dire que l’écrivaine a eu un grand impact sur eux.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar