Une toute nouvelle exposition de cinq artistes contemporains

Par Sandra Fourcand
Une toute nouvelle exposition de cinq artistes contemporains
Marie-Claude Néquado et une partie de son œuvre exposée Bureau seigneurial de l’Île-des-Moulins. (Photo : Sandra Fourcand)

TERRITOIRE ET IDENTITÉS

À l’initiative de la SODECT, le Bureau seigneurial de l’Île-des-Moulins a ouvert ses portes à une toute nouvelle exposition multidisciplinaire, livrant au public de la région les œuvres de cinq artistes liés par le thème de l’identité et du territoire.

Marie-Claude Néquado, Audrey Sambeau, François-René Despatis-L’Écuyer, Sophie Lavigne et Ito Laïla Le François font découvrir aux visiteurs, du 23 juin au 2 septembre, leurs questionnements à travers des œuvres remarquables touchant aux arts visuels, à la danse, à travers des installations et des gravures.

Selon Jean-François Vallée, coordonnateur musée et patrimoine à la SODECT, «l’idée vient d’un autre projet d’exposition permanente qui sera lancée l’an prochain et qui s’appellera De Terrebonne à Fort Chipewyan. Elle racontera l’histoire des hommes de Terrebonne qui ont effectué un grand voyage vers l’ouest au tournant du 19e siècle».  «Nous avons voulu avant tout nous interroger sur ces deux thèmes, territoire et identités, d’un point de vue contemporain», ajoute-t-il.

Inspirante rivière

François-René Despatis-L’Écuyer, de Terrebonne, s’inspire de la rivière des Mille Îles à travers une superposition de différents tons de bleu sur tissus : «La rivière est une partie de mon identité à Terrebonne et je voulais lui rendre hommage.» Marie-Claude Néquado, artiste multidisciplinaire atikamekw, s’inspire de son village natal et se réalise notamment dans la gravure, la peinture et l’estampe numérique. «Le titre de l’exposition m’a beaucoup interpellée, car je travaille énormément sur mon identité et sur celle des membres de ma communauté, vu que Terrebonne et ma ville, Manawan, se situent au sein de la même région.»

Audrey Sambeau s’intéresse au rapport entre identité et territoire, qui sont pour elle deux éléments qui s’entrechoquent et habitent son œuvre. Sophie Lavigne, spécialisée en arts visuels et en arts graphiques, s’interroge sur le concept d’espace-temps. Enfin, Ito Laïla Le François, depuis les débuts de sa pratique, accorde une place primordiale à l’apprentissage des savoir-faire anciens.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar