Une « vague verte » à Terrebonne?

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Une « vague verte » à Terrebonne?
Le chef adjoint du Parti vert du Canada, Daniel Green, était de passage à Terrebonne pour une conférence, il y a quelques semaines. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Le chef adjoint du Parti vert du Canada (PVC), Daniel Green, était de passage à Terrebonne dernièrement pour livrer une conférence et rencontrer des militants en vue des élections fédérales de l’automne. Il dit ressentir un «courant vert» à travers le pays qui pourrait bien mener à des résultats de scrutin historiques pour le PVC en octobre.

Une trentaine de personnes, dont des candidats confirmés du parti dans la grande région de Montréal, étaient réunies au restaurant La Confrérie pour l’écouter «vulgariser l’environnement et expliquer ce que prône le parti», selon Réjean Monette, membre du PVC et présentateur de la soirée.

Selon le chef adjoint, s’il y a un moment où voter vert est utile, c’est maintenant. «Il y a un courant en ce moment. Les gens comprennent pourquoi nous sommes là. On veut continuer de grandir sans hypothéquer l’avenir, et l’implication politique est essentielle si on veut changer les choses», croit M. Green.

Sans vouloir s’avancer sur un nombre précis de candidats que le Parti vert pourrait réussir à faire élire le 21 octobre, il s’attend à atteindre «le chiffre magique de 12 députés» pour former un «parti reconnu» à la Chambre des communes.

Selon M. Green, la première chose que le Canada doit faire pour «éviter la catastrophe de l’urgence climatique» – comme le disait la chef du parti, Elizabeth May, dans une vidéo présentée en début de soirée – est «d’arrêter de subventionner, d’exploiter et d’exporter le pétrole», dit le chef adjoint. Il a aussi rappelé que le PVC vise, d’ici 2030, une réduction de 60 % des gaz à effet de serre par rapport à 2005.

Rencontré après sa conférence, il a aussi confié à La Revue que le Canada devra un jour songer à la décroissance. «Ça prend une révolution pour consommer selon nos besoins. Mais pour ça, il faut aussi transformer le modèle économique», conclut-il.

Notons que l’identité des candidats du PVC dans Montcalm et Terrebonne est toujours inconnue.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar