Valérie Dupras, une fierté mascouchoise

Valérie Dupras, une fierté mascouchoise
Valérie Dupras présente son livre

L’auteure Valérie Dupras a lancé son tout premier roman, , le 26 avril à la bibliothèque Bernard-Patenaude de Mascouche. Une trentaine de visiteurs étaient présents pour applaudir le travail de l’écrivaine.

«Le lancement de Coupable témoigne du talent et du dévouement de chez nous, à Mascouche», a affirmé le maire suppléant Bertrand Lefebvre, lors de son discours.

Coupable raconte l’histoire d’Élisabeth Lamoureux, une femme éliminant ses ex-copains à tour de rôle pour faire la paix avec son passé. La romancière a amorcé l’écriture de son roman en 2009, après une rupture amoureuse. «Je ne souhaitais pas faire un journal intime, donc j’ai eu l’idée d’écrire ma peine à travers ce roman», rapporte l’auteure. Pour elle, l’écriture représente un moment thérapeutique durant lequel elle peut s’évader.

Dix ans plus tard, Valérie Dupras a terminé de raconter cette histoire après avoir acquis une plus grande confiance en elle. «Ce qui me rend le plus fière est lorsque j’entends des gens qui n’aiment pas lire me dire que mon roman leur a donné l’envie de la lecture, souligne-t-elle, fébrile. Pour moi, c’est quelque chose de merveilleux et c’est ce que je souhaite transmettre en écrivant.»

À la suite des allocutions et de la prise de photos officielles, Valérie Dupras a pris le temps de dédicacer son roman aux lecteurs et de se faire photographier avec eux.

L’autoédition

L’auteure se réjouit de s’être autoéditée pour éviter le processus habituel de publication des éditeurs qui s’étale sur plusieurs mois. C’était un défi, puisqu’elle devait assumer la responsabilité de la mise en page, de la correction et de l’autopromotion. Elle est reconnaissante de l’aide de son entourage et de ses amis.

Coupable est disponible dans les librairies repentignoises Le papetier et Raffin au coût de 25 $. Il est également possible de se le procurer sur la plateforme web Lulu.com.

Projet

Valérie Dupras travaille actuellement sur un projet de recueil de textes érotiques accompagnés d’une série de photos. «J’essaie de trouver le plus possible des personnes qui représentent la diversité corporelle pour les photos, assure-t-elle. Je veux que les gens acceptent leur sexualité et qu’ils n’imaginent pas seulement “la belle fille” et “le beau gars”, d’une certaine façon.»

Elle espère le publier entre les mois de novembre et de février.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar