Vaste complexe de soccer à l’étude à Mascouche

La Ville de Mascouche étudie la possibilité d’ériger un grand complexe sportif dédié au soccer sur le site actuel du parc du Domaine. Ce projet, qui exigerait des investissements de près d’un million de dollars, répondrait aux besoins croissants des adeptes de soccer de cette municipalité.

Éric Ladouceur

Gilles Bordonado

La Ville pousse le projet

Lors de sa séance du 2 mai, le conseil municipal de Mascouche a d’ailleurs voté un avis de présentation visant un règlement d’emprunt pour la réalisation des plans et devis de cet important projet sportif.

La Ville semble sensible aux nouveaux besoins de l’Association de soccer de Mascouche, puisqu’elle lance cette première étape vers la réalisation du projet. Parallèlement à ce règlement d’emprunt pour les plans et devis du complexe, la municipalité tente d’obtenir toutes les autorisations gouvernementales pour réaliser cette initiative, une partie du site étant en zone agricole.

Six terrains, dont deux éclairés

Selon les informations obtenues par La Revue, ce projet comprendrait l’aménagement de six terrains de soccer sur le site actuel du parc du Domaine, qui abrite déjà un terrain de soccer éclairé et un chalet municipal. Le terrain, installé sur les vastes terrains du Manoir Notre-Dame, est propriété de la Société immobilière du Québec.

Les activités du site ne poseraient donc aucun problème avec d’éventuels voisins, puisque le site est relativement loin des zones urbanisées.

Des besoins croissants

L’Association de soccer de Mascouche, son président, Paul Goyer, et un membre de la direction de l’Association ont piloté le dossier auprès des autorités municipales.

Comptant plus de 1 000 jeunes joueurs et joueuses, cette association regroupe plus de 140 bénévoles, entraîneurs et administrateurs, et compterait près de 70 équipes. La croissance est fulgurante depuis deux ans, posant d’importants problèmes de logistique aux organisateurs, qui doivent conjuguer avec un nombre de terrains restreint pour répondre aux besoins de leur clientèle.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar