VERTerrebonne : sitôt formé, le nouveau CA se désiste

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
VERTerrebonne : sitôt formé, le nouveau CA se désiste
Le coordonnateur de VERTerrebonne, René Obregon-Ida, a démissionné, tout comme quatre des cinq membres du conseil d'administration fraîchement élus. (Photo : VERTerrebonne)

Moins d’un mois après leur élection par acclamation le 28 mai, quatre des cinq membres du conseil d’administration (CA) de VERTerrebonne ont démissionné en bloc en apprenant le départ tout aussi subit de René Obregon-Ida, le coordonnateur de cet organisme mandataire de la Ville de Terrebonne.

Les derniers mois ont été tumultueux pour l’organisme. En février, la Ville avait exigé aux membres du CA d’alors de mettre un terme à leur mandat lors de la prochaine assemblée générale annuelle (AGA). On évoquait entre autres des « relations difficiles dans la coordination de l’organisme ou entre les membres du conseil d’administration » pour justifier cette décision. « À défaut d’acquiescer à cette demande, elle (la Ville) se verra dans l’obligation de retirer les mandats confiés à l’organisme de même que les subventions qui y sont associées », écrivait le directeur du loisir et de la vie communautaire, Jean-François Lévesque, dans une lettre adressée aux administrateurs de l’époque.

L’organisme a acquiescé. Lors de l’AGA du 28 mai, Sylvain Belzile, Chentale de Montigny, Ève Duhamel, Hélène Michaud et Robert Perrier ont été nouvellement élus.

Démissions

Quelques jours après, René Obregon-Ida a demandé une rencontre rapide avec la Ville pour discuter de possibles mandats qui pourraient être octroyés à l’organisme d’ici la fin de 2020, malgré la pandémie de COVID-19. Selon le coordonnateur, la Ville a répondu qu’il n’allait pas y avoir plus d’argent ni de mandat pour cette année et aurait proposé une rencontre en août pour parler du futur. Le coordonnateur a remis sa démission. « Je me sentais mal à l’aise de recevoir un salaire payé par des fonds publics pour rester assis chez moi sans réaliser de projet », affirme-t-il.

Par la suite, Ève Duhamel, Hélène Michaud, Sylvain Belzile et Chentale de Montigny ont aussi annoncé leur départ. « La démission du coordonnateur requiert une très lourde gestion administrative qui repose uniquement sur un conseil d’administration, n’ayant acquis son pouvoir que depuis deux semaines », ont écrit Mmes Duhamel et Michaud ainsi que M. Belzile dans une lettre commune. Lettre dans laquelle ils demandent « la mise en tutelle de l’organisme afin que [la Ville] recouvre l’entière administration de l’organisme, et ce, dans le seul et unique but de résoudre les problématiques qui ont donné́ lieu à la crise de VERTerrebonne. »

« Je me questionne sur les intentions de la Ville de Terrebonne d’exiger l’élection d’un nouveau conseil d’administration pour ensuite lui couper les vivres et empiéter sur sa mission », a pour sa part témoigné Chentale de Montigny.

Le seul membre du CA encore en poste est le secrétaire Robert Perrier. Il est surpris par la tournure des événements. « Je n’ai pas lancé la serviette, mais je ne sais pas quoi dire. Je respecte leur décision, mais je crois qu’on aurait pu se laisser une chance, aller en assemblée municipale et poser des questions », a-t-il suggéré.

La Ville de Terrebonne a refusé notre demande d’entrevue. « Nonobstant la volonté positive de la Ville d’entamer ces discussions, le coordonnateur de VERTerrebonne a démissionné, suivi de membres du conseil d’administration. La Ville ne commentera pas davantage ce dossier et, par conséquent, décline la demande d’entrevue », écrit la conseillère en communication Marie Eve Courchesne dans un courriel.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar