Sprint final des libéraux dans Terrebonne

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Sprint final des libéraux dans Terrebonne
Cette jeune femme qui en sera à un premier vote électoral le 21 octobre a pu discuter un court moment avec Justin Trudeau, lors du passage de ce dernier à Terrebonne, le 17 octobre. (Photo : Pénélope Clermont)

Justin Trudeau est venu énergiser ses troupes avant le sprint final de la campagne électorale dans Terrebonne. Le premier ministre sortant a effectué une visite éclair au restaurant Allô mon coco! des Galeries Terrebonne, jeudi avant-midi.

Le chef du Parti libéral du Canada a fait le tour des lieux, saluant au passage les clients et cumulant les photos avec ces derniers, sans oublier les candidats locaux Frédéric Beauchemin (Terrebonne) et Isabel Sayegh (Montcalm). Quelques dizaines d’employés de Loop Industries, à qui Bill Morneau avait rendu visite le 6 octobre, s’étaient aussi déplacés pour l’occasion.

Pour Frédéric Beauchemin, la deuxième visite de M. Trudeau – il avait fait le même exercice à Mascouche le 17 septembre – montre aux électeurs l’importance de la circonscription de Terrebonne pour le Parti libéral. «On veut une voix forte à Ottawa pour Terrebonne et on veut montrer aux gens qu’on est capables de livrer la marchandise, a-t-il indiqué. Je ne vais pas être absent à la Chambre des communes. Je vais représenter l’ensemble des citoyens et les intérêts de tout le monde.»

Comme son homologue dans Montcalm, M. Beauchemin résume ses activités des prochains jours avec un même mot : «terrain, terrain, terrain, terrain». «C’est une belle expérience humaine», constate Isabel Sayegh lorsqu’on lui demande de commenter la campagne qui s’achèvera lundi. «J’aime rencontrer les gens, leur parler et les écouter. Discuter avec le monde, c’est ma force et c’est ce qu’on attend d’un député. Je fais partie de la classe moyenne, je comprends leurs préoccupations et je les partage», a-t-elle ajouté avant de mentionner que comme enseignante de français à l’école Des Rives, à Terrebonne, elle sait à quel point le fait français est important.

«La langue, c’est notre culture et nos valeurs. Je suis convaincue que je suis capable de bien défendre les valeurs québécoises parce que ça fait partie de moi», insiste la candidate libérale dans Montcalm.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar