Vote difficile

L’élection de Thomas Duzyk au poste de directeur général par intérim a, encore une fois, été un vote difficile pour le conseil des commissaires.

Éric Ladouceur

En effet, cela ne s’est pas fait sans heurt, car un peu moins de la moitié des 23 commissaires souhaitaient la venue de Jean-Pierre Ferland.

Même division au sein du comité ad hoc créé pour procéder à la recommandation du prochain directeur général intérimaire, puisque deux commissaires, Lucette Whittom et Lorraine Dépelteau, souhaitaient la venue de M. Ferland, alors que Daniel Thiffault et Marc Tassé recommandaient la nomination de Thomas Duzyk.

Fait à souligner, un peu avant de passer au vote, Mme Dépelteau en a surpris plusieurs en demandant à la commissaire indépendante Michèle Ross de ne pas voter pour la nomination du directeur général intérimaire, évoquant le fait que Mme Ross avait déjà indiqué ne plus vouloir voter sur des questions politiques.

Choquée de l’attitude de sa collègue, Mme Ross a déclaré : «Je ne pense pas que l’élection d’un directeur général soit une question politique, mais plutôt administrative. De plus, je n’ai pas de directives à recevoir de personne.»

Concernant l’abolition des assemblées plénières tel que mentionné par La Revue dans son édition du 16 février, les commissaires ont finalement décidé de reporter le vote à une séance ultérieure.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar