Zéro déchet par famille

Une collaboration spéciale de Laurie Bugnon-Normandin
Zéro déchet par famille
L’auteure de ces lignes aux côtés de Béa Johnson. (Photo : Courtoisie)

Artiste dans son ancienne vie, et instigatrice du mouvement Zéro déchet, Béa Johnson exprimera sa passion pour la réduction de son empreinte écologique au Cégep de Terrebonne, le 19 avril prochain.

Connaissez-vous quelque chose de plus précieux que le temps? Je parie que si vous pouviez en acheter, vous le feriez! C’est possible, car le simple fait de se détacher du superflu libère automatiquement du temps. Voilà un message que Béa Johnson livre bien dans sa conférence Zéro déchet, à laquelle j’ai eu le bonheur d’assister le 19 juillet 2016 à New Richmond, en Gaspésie. Celle-ci sera d’ailleurs présentée au Cégep de Terrebonne le mercredi 19 avril à 18 h.

C’est en déménageant à San Francisco, dans une maison trois fois plus petite que la précédente, que Béa Johnson et les siens ont fait un constat : pendant un an, ils n’ont pas eu besoin de 80 % de leurs effets entreposés. Depuis qu’elle a allégé son mode de vie, la famille peut se permettre davantage d’activités. Vélo, randonnées, escalade, plongée sous-marine, voyages : la vie des Johnson est dorénavant basée sur les expériences de vie plutôt que sur le matériel.

La garde-robe de chaque membre de la famille tient d’ailleurs dans une valise, de sorte que les Johnson peuvent louer leur maison durant la saison touristique, et ainsi payer astucieusement une partie de leurs propres vacances!

Dans sa conférence, présentée tout en humour, Béa Johnson raconte quelques anecdotes sur les innombrables tests qu’elle a menés pour trouver des solutions naturelles aux articles du commerce dont les emballages finissent par remplir notre poubelle et notre bac de recyclage.

Cinq règles

Mais comment une famille de quatre personnes arrive-t-elle à générer un seul litre de déchets par an? En appliquant les cinq règles suivantes, et dans cet ordre : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter. Oui, cela veut dire de se restreindre au rayon des achats compulsifs, mais le bonheur peut se trouver ailleurs.

Le marché de l’occasion est un autre de ses secrets pour bien mettre en pratique la réutilisation. Quand Béa Johnson doit acheter quelque chose, elle favorise d’abord le marché des articles usagés, et lorsque c’est possible, elle cible les objets dont les fabricants offrent des garanties inconditionnelles, comme les  chaussettes, les parapluies, les valises, les sacs à dos, etc.

Acheter, c’est voter. Donc achetez des produits réutilisables et recyclables. 

Béa Johnson se procure également de la nourriture directement auprès des producteurs, dans les boutiques en vrac ou chez des marchands qui acceptent de prendre ses contenants réutilisables en verre, ce qui réduit énormément la quantité d’emballages.

Créatrice de l’application Zero Waste Home Bulk (visitez le zerowastehome.com/app/), elle invite toute une communauté à partager ses adresses préférées. D’ailleurs, son site Internet est une bible; elle met à jour son blogue régulièrement, y donne des astuces et répond à des questions.

C’est une femme inspirante que j’ai rencontrée. Elle partage avec bonheur son expérience et incite bon nombre de gens à faire de même. Depuis la sortie de son livre Zéro déchet en 2014, des épiceries complètement repensées poussent un peu partout! Le seul regret de Béa Johnson, c’est de ne pas avoir commencé plus tôt.

Pour en savoir plus sur la conférence que Béa Johnson présentera au Cégep de Terrebonne, visitez le http://bit.ly/2nTxdha. L’entrée est gratuite. Ne manquez surtout pas ça!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar