Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

09 février 2022

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Ambitieux

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado, éditeur et directeur du développement des affaires de La Revue.

La Ville de Terrebonne a déposé son Programme triennal d’immobilisations 2022-2024. Ce document est précieux lorsque vient le temps d’analyser les gestes à venir de l’équipe Mouvement Terrebonne et de son chef, le maire Mathieu Traversy.

Premier élément notable, la nouvelle administration estime qu’elle dépensera 671 M$ sur trois ans, une hausse de 145 M$ en un an. Notons cependant que 43 % de cette augmentation est inhérente aux frais de la STEP La Pinière, projet de réaménagement des étangs aérés de Terrebonne. Sur les 671 M$ du PTI, 110 M$ sont consacrés à ce seul projet et 88 M$, au nouveau poste de police. Soulignons ici la disparition du controversé projet de nouvel hôtel de ville.

Une grande place est donnée aux infrastructures qu’il est indispensable de maintenir en bon état. Quelques projets retiennent mon attention. Les travaux majeurs de rénovation du boulevard des Seigneurs et de la montée Masson entre la 25 et la rue Saint-Louis ne débuteront qu’en 2024. Par contre, ceux sur le boulevard Grande-Allée, incluant l’intersection avec la montée Masson et le prolongement de la rue Nationale, seront au calendrier 2022-2023. Ils mèneront à l’ajout espéré d’une sortie sur la 640. Parlant de la 640, le viaduc Urbanova est bien au PTI, mais aussi, et c’est avisé, l’ajout d’une voie de desserte sur la 640 entre le parc industriel et ce viaduc. Toujours sur cette autoroute, le PTI note l’implantation de bretelles, financées en partie par le promoteur des Jardins Angora. Des négociations seront assurément menées dans ce dossier. L’aménagement des nouvelles infrastructures sur le boulevard Laurier à La Plaine, une autre promesse de l’équipe Traversy, y figure aussi. Tous ces projets montrent clairement que la nouvelle administration espère favoriser la fluidité de la circulation dans la ville.  

À cela s’ajoutent des infrastructures culturelles dans les quartiers ouest et est de Terrebonne. La Croisée urbaine sera dotée d’un complexe aquatique et d’une bibliothèque, comme c’était prévu par l’ancienne administration. Je note aussi les 40 M$ en améliorations dans les parcs, les 17 M$ investis en infrastructures comme legs pour les 350 ans de Terrebonne, la mise en place d’un programme pour la restauration de bâtiments patrimoniaux, ainsi qu’une panoplie de mesures sur le plan environnemental.      

Mais qui parle dépenses parle revenus. On remarque l’extrême prudence vis-à-vis des revenus espérés par la vente des terrains du parc industriel 640 Est à Lachenaie. Alors que l’administration Plante avait prévu des revenus de 81 M$ sur trois ans, l’équipe Traversy n’en espère que 12. De plus, soulignons que Terrebonne semble disposer d’une marge de manœuvre importante, puisqu’elle vise le paiement comptant de 53 M$ pour certains des travaux, contre 40 M$ dans le triennal de l’an passé.

Bien qu’une hausse subite des taux d’intérêt ne soit pas attendue, il est prévisible que ceux-ci grimperont au cours des prochaines années. Sachant que 537 M$ des dépenses de son PTI sont financés via la dette – 80% du total du programme –, l’administration Traversy, qui fait preuve d’une grande ambition, devra en parallèle user d’une grande prudence, et ce, malgré l’enviable capacité d’emprunt de la Ville et sa richesse foncière importante.

Lisez également : Un programme ambitieux qui s'élève à 671 M$.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média