Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

21 juillet 2022

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

1 700 prélèvements sanguins jetés à la poubelle, selon l’APTS

HÔPITAL PIERRE-LE GARDEUR

1122prélèvement

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) est consternée d’apprendre que quelque 1 700 prélèvements sanguins ont été détruits récemment parce qu’ils n’ont pas pu être analysés à temps, faute de matériel adéquat et de personnel.

La pénurie de main-d’œuvre s’aggrave dans la région de Lanaudière, comme ailleurs au Québec. « Pas moins de 1 700 prélèvements de patients diabétiques ont été jetés à la poubelle à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur. Tout ça à cause d’une machine vieillissante et du manque de personnel. On parle de 1 700 Lanaudois qui devront une fois de plus se déplacer afin de refaire des prises de sang, en pleine période de vacances. C'est inadmissible », dénonce le président de l’exécutif local de l’APTS Laboratoires Lanaudière, Martin Lavigne.

La situation est particulièrement inquiétante parce qu’elle risque de se reproduire. « Chaque jour, il entre plus de demandes d’analyses que cet appareil et le personnel sont capables de traiter. C’est un miracle que cette situation ne soit pas récurrente. Qui plus est, les salariés du laboratoire en question ne disposent d’aucun appareil de remplacement si celui en place flanche. Et comme les échantillons à analyser qui ont plus de dix jours sont considérés comme périmés, ils doivent être jetés », poursuit la représentante de l’APTS Lanaudière Maude Fréchette. La centralisation des laboratoires biomédicaux par le gouvernement en 2017 est pointée du doigt.

Optilab s’explique et temporise

Un bris. C’est la raison que donne la direction d’OPTILAB Laval – Lanaudière - Laurentides (LLL), qui œuvre sous l’égide du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval. « Le 28 juin, un des appareils servant aux analyses de dosage d’hémoglobine s’est brisé. Quelques jours plus tard, au début du mois de juillet, l’appareil a été réparé », explique Marie-Eve Despatie-Gagnon, conseillère en communication au CISSS de Laval. « Toutefois, selon des paramètres cliniques à respecter (viscosité du sang) pour s’assurer de la fiabilité des résultats, la direction d’OPTILAB LLL n’a eu d’autre choix que de détruire les spécimens dépassant les délais recommandés de sept jours », poursuit Mme Despatie-Gagnon. Le CISSS parle toutefois d’un nombre moindre que 1 700 échantillons jetés : « Pour la période visée, ce sont 1 266 échantillons qui ont été annulés. Notez que les échantillons sanguins concernaient des suivis pour des personnes connues pour le diabète. » Les professionnels traitants permettront aux usagers de procéder à une nouvelle prise sanguine. 

L’ajout de personnel et un plan de contingence, incluant une corrélation et une validation avec les équipements d’un autre laboratoire du territoire, ont été prévus pour corriger le tir. « Considérant un bris futur, les échantillons pourront être envoyés ailleurs pour analyse. Des maintenances préventives supplémentaires sur l’équipement sont également prévues », termine la conseillère en communication.

Le CISSS de Laval se dit désolé des inconvénients qui ont découlé de cette situation. Il rappelle toutefois qu’aucune plainte n'a été rapportée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média