Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

29 septembre 2022

Stéphane Fortier - sfortier@medialo.ca

Les organismes communautaires implorent les candidats d’agir

LES MEMBRES DE LA TROCL SE SERRENT LES COUDES

2022trocl

©courtoisie

Les représentants de différents organismes ont fait part de leurs revendications aux candidats aux élections provinciales lors d’une conférence de presse, le 26 septembre.

La Table régionale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL) et ses représentants trouvent qu’il n’est pas beaucoup question du communautaire pendant l’actuelle campagne électorale, et ce, malgré toute l’importance du rôle qu’il est appelé à jouer dans la société, selon eux. 

Lors d’une conférence de presse, sept représentants de divers milieux ont rappelé le rôle essentiel des organismes communautaires autonomes et les engagements clairs auxquels ils s’attendent de la part des candidats aux élections provinciales. Ainsi, les jeunes, les familles, la défense collective des droits, les personnes handicapées, la santé mentale, le développement des territoires, les inégalités et l’action communautaire autonome ont été les thèmes abordés. Tous ont dénoncé le sous-financement des organismes œuvrant dans ces différentes sphères.

« Pas moins de 100 000 personnes franchissent les portes de nos organismes communautaires dans Lanaudière, et pourtant, on parle peu ou pas du tout du milieu communautaire pendant la campagne », fait remarquer Hugo Valiquette, directeur de la TROCL. Ce dernier a souligné que 37 M$ de plus étaient nécessaires dans Lanaudière pour combler les besoins.

Plaider sa cause

Chloé Champagne Gagné a plaidé la cause des maisons de jeunes et aimerait plus de reconnaissance du gouvernement. « Reconnaissance de l’importance du rôle joué par les maisons des jeunes et aussi, des compétences des intervenants. Combattre les préjugés entourant les maisons des jeunes est aussi une priorité. » Richard Miron, du Regroupement des organismes communautaires alternatifs en santé mentale de Lanaudière, a rappelé que la question alimentaire et le logement, entre autres, jouent un rôle déterminant dans la santé mentale des gens et que le gouvernement doit agir en ces matières.

Nathalie Marcotte, de la Table de concertation régionale des associations de personnes handicapées de Lanaudière, de son côté, considère que les personnes handicapées ont aussi été oubliées dans le débat politique de la campagne. « On a enregistré que 16,1 % de la population de Lanaudière de 15 ans et plus présente des incapacités physiques. On parle de 85 000 personnes. Qui a parlé du soutien que l’on doit leur fournir dans leur quotidien pendant cette campagne? » demande Mme Marcotte.

Pour sa part, Julie Deshaies, de la Table régionale des organismes communautaires Famille de Lanaudière, a plaidé pour les familles. « Il reste encore du chemin pour que l’ensemble des organismes famille atteignent le financement de base nécessaire à la réalisation de leur mission. C’est 200 000 $ qui est demandé par organisme », clame-t-elle.

Catherine Pouliot, du Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière, a parlé de justice sociale et climatique et Sébastien Guernon, de la Corporation de développement communautaire de la MRC de L’Assomption, a abordé la question de l’approche sociocommunautaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média