Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Municipal

Retour

28 juin 2023

Herbe à poux : un problème sérieux, une solution toute simple

Publireportage

Herbe à poux

Congestion, écoulement nasal, éternuements, larmoiement, toux, picotement des yeux, du nez, du palais… L’allergie à l’herbe à poux se révèle particulièrement désagréable. Elle affecte chaque année une partie de la population québécoise, incluant de nombreux Moulinois et Moulinoises. Heureusement, la solution est simple, à portée de main de chacun.

L’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015 : pour en savoir plus sur la santé des Québécois rapporte qu’au cours des 12 mois précédant l’enquête, « environ 18% de la population québécoise de 15 ans et plus a ressenti des symptômes de rhinite allergique1 », dont 14 % pendant les quatre mois de pollinisation de l’herbe à poux, soit de juillet à octobre. En outre, « la proportion de la population québécoise de 15 ans et plus ayant reçu un diagnostic de rhinite allergique au cours de sa vie de la part d’un médecin est estimée à 17 %

En plus d’entraîner des symptômes incommodants, le fameux « rhume des foins » peut inciter la personne affectée à limiter ses activités extérieures ou sociales, et il représente un facteur de risque pour les gens souffrant d’asthme. C’est sans compter qu’il engendre des coûts annuels évalués entre 157 et 240 millions de dollars au Québec3, selon l’Association pulmonaire du Québec.

Reconnaître l’herbe à poux

À quoi ressemble le fameux végétal responsable d’autant de désagréments chez les personnes allergiques? L’herbe à poux est une plante annuelle qui meurt aux gelées d’automne. D’allure inoffensive, elle possède un feuillage dentelé rappelant celui de la carotte. Ses feuilles s’alternent le long de sa tige couverte de poils. La plante atteint une hauteur moyenne de 70 cm, mais peut s’étirer jusqu’à 2 m.

Il ne faut pas confondre herbe à poux et herbe à puce. Bien que cette dernière provoque une inflammation de la peau au toucher, elle ne cause pas d’allergies saisonnières. L’herbe à poux, pour sa part, s’orne d’épis de petites fleurs vertes ou jaunâtres à partir du mois de juillet. Ce sont ces fleurs qui, dès la fin de juillet, laisseront s’envoler dans les airs des milliers de grains de pollen prêts à incommoder… des milliers de Moulinois et Moulinoises!

La solution : l’arracher!

Il est rare qu’un problème aussi envahissant commande une solution simple, et pourtant, dans le cas de l’herbe à poux, la solution est gratuite et à portée de tous : il faut tout simplement arracher la plante tout l’été et particulièrement avant sa floraison, donc avant la fin de juillet. Il suffit de l’arracher par la base pour retirer ses courtes racines du sol, que ce soit à la main ou avec un outil de jardinage comme une binette. Sur les terrains de grande dimension, on peut procéder par la tonte, pour empêcher l’herbe à poux de fleurir. Dans ce dernier cas, on s’assurera de tondre l’herbe au minimum deux fois, soit vers la mi-juillet et la mi-août. Comme les graines de l’herbe à poux peuvent demeurer dans le sol jusqu’à 40 ans, on suggère également d’en prévenir la pousse en plantant d’autres espèces de végétaux ou en étendant du paillis, par exemple.  

Alors, prêt à arracher cet été?

_________________________

1. INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. L’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015 : pour en savoir plus sur la santé des Québécois, [En ligne], 2016. [https://bit.ly/3OnoEYA].

2. Ibid.

3. ASSOCIATION PULMONAIRE DU QUÉBEC. Herbe à poux, [En ligne]. [https://bit.ly/3H8lgxL] (Page consultée le 9 juin 2022).

herbe mois

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média